Gazenergie

L’Industrie gazière intensifie la promotion des gaz renouvelables

Zurigo, 01.06.2023 - L’Industrie gazière suisse s’est fixé pour objectif de décarboner totalement l’approvisionnement en gaz à l’horizon 2050. Elle augmente les contributions à l’injection de 50 % dès juin 2023 en faveur de la promotion des gaz renouvelables et consolide ainsi le rôle de pionnier qu’elle joue depuis plus de 10 ans dans la production et l’injection des gaz renouvelables.

L’Industrie gazière suisse a créé le Fonds Biogaz en 2011. Avec succès, car la production indigène de biogaz a décuplé en une décennie. L’année 2022 marque même une nette avancée des gaz renouvelables en Suisse: 5 nouvelles centrales de production ont vu le jour, portant à 42 le nombre d’installations reliées au réseau. La production a ainsi passé de 419 à 476 GWh en une année. La part de gaz renouvelables dans le réseau gazier suisse avoisine désormais les 8 %, y compris les importations de biogaz. Les injections de biogaz pourraient être encore beaucoup plus importantes si de nombreux concepteurs cessaient de favoriser l’utilisation du biogaz pour produire de l’électricité – une filière de valorisation beaucoup moins efficace, mais privilégiée par les nouvelles aides étatiques à travers la loi sur l‘énergie (LEne) et l’ordonnance sur l’encouragement de la production d’électricité issue d’énergies renouvelables (OEneR).

L’Industrie gazière suisse soutient l’injection de gaz renouvelables via le Fonds Biogaz par le biais de contributions à l’investissement et à l’injection pour une période de 36 mois. Dans le but d’améliorer l’attrait économique de l’injection, l’Association suisse de l’industrie gazière (ASIG) augmente les contributions à l’injection de 50 % à partir du 1er juin 2023, les portant ainsi à 3.052 ct./kWh pour les producteurs et à 0.763 ct./kWh pour les exploitants de réseau concernés. Quant à la contribution à l’investissement, elle est maintenue à CHF 2'000 par Nm3/h de capacité d’injection.

Les gaz renouvelables tels que biogaz, méthane de synthèse et hydrogène vert, ont un rôle capital à jouer dans la mutation de notre approvisionnement énergétique vers le zéro net. Ils sont appelés à remplacer le gaz naturel, en particulier dans l’industrie et la production de la chaleur. Ils ouvrent aussi de nouvelles perspectives pour le trafic lourd. «La transition vers un approvisionnement énergétique sûr, économique et climatiquement neutre ne réussira qu’en s’appuyant sur un large mix d’infrastructures et d’agents énergétiques», affirme Daniela Decurtins, directrice de l’ASIG. L’électrification unilatérale de notre système énergétique plongerait la Suisse dans une situation de dépendance et se solderait par une facture excessivement lourde pour l’économie. Ce double écueil peut être évité grâce aux technologies d’intégration des gaz renouvelables. Ainsi, les installations de cogénération (CCF), qui produisent simultanément chaleur et électricité, peuvent contribuer de manière significative à la production d’électricité en hiver. De même, le power-to-gas peut largement contribuer à l’avènement d’un approvisionnement énergétique durable et climatiquement neutre. Cette technologie permet en effet de stocker dans le réseau gazier l’électricité renouvelable produite en été pour la réutiliser en hiver.

Renseignements:
Thomas Hegglin, porte-parole ASIG, 044 288 32 62, thomas.hegglingazenergie.ch
Zurich, 1er juin 2023

Chi siamo Chi siamo
Storia Storia
Servizio stampa Servizio stampa
Infoteca Infoteca
Attività Attività