Gazenergie

Le gaz est fondamental pour la décarbonisation de la mobilité.

Thèse n° 5

Le trafic routier est aujourd’hui la principale source de rejets de gaz à effet de serre, d’oxydes d’azote et de microparticules. Les objectifs climatiques et environnementaux sont tributaires des nouvelles technologies et des nouveaux carburants. Et les solutions existent déjà: électricité, gaz (gaz naturel comprimé, GNC, ou gaz naturel liquéfié, GNL), hydrogène, biocarburants gazeux (biogaz, gaz naturel synthétique, GNS) ou liquides. Chaque technologie a ses avantages. Par exemple, le GNC a pour atouts le rapport coût-bénéfice, l’autonomie et le profil basse émission. La motorisation GNC s’appuie sur un réseau de ravitaillement assez dense en Suisse. Son bénéfice climatique s’accroît à mesure que la part de gaz renouvelables augmente. Quant aux véhicules à biogaz, ils ont un bilan équivalent aux voitures électriques, même lorsque celles-ci sont alimentées exclusivement en électricité renouvelable. Les véhicules à GNC ont une meilleure autonomie pour le transport individuel longue distance que les véhicules électriques. A terme, les véhicules à GNL et à hydrogène se généraliseront dans les segments de transport où l’électrification s’avère plutôt difficile, voire impossible.

La focalisation unilatérale sur la mobilité électrique ne mènera pas à elle seule à la neutralité climatique des transports. L’électricité renouvelable nécessaire à cet effet fait appel à des capacités de production dont ni la Suisse, ni les autres pays ne disposent aujourd’hui ni demain, surtout au regard des disponibilités annuelles. Aujourd’hui déjà, on voit que l’Allemagne n’atteindra pas ses objectifs de production d’électricité renouvelable à l’horizon 2030. De nombreux véhicules rouleront donc avec de l’électricité importée de différentes sources. Mais dans ce calcul, personne ne tient compte du bilan climatique inhérent à la fabrication des véhicules électriques à l’étranger. L’Industrie gazière suisse s’est fixé pour objectif de porter à 30 % la part du biogaz dans le gaz carburant à l’horizon 2023 et vise une production entièrement renouvelable sur le long terme. La mobilité au gaz obtiendra ainsi le meilleur bilan climatique et saura convaincre face aux véhicules électriques. Toutefois, l’avenir se joue à Bruxelles. Il dépend donc largement du dispositif que l’UE mettra en place dès 2023 et des incitatifs encourageant l’industrie automobile à produire des véhicules adéquats.

Préamule

L’avenir du gaz sera climatiquement neutre

mehr erfahren

Thèse n° 1

Les énergies renouvelables et leurs infrastructures sont les fondamentaux de notre avenir énergétique.

en savoir plus

Thèse n° 2

L’hydrogène est fondamental pour la Suisse et ses objectifs climatiques.

en savoir plus

Thèse n° 3

Le gaz est un moteur de la transition vers un approvisionnement efficace en chaleur - à court, à moyen et à long terme.

en savoir plus

Thèse n° 4

L’approvisionnement en gaz sera totalement neutre en CO2 à l’horizon 2050 et aidera ainsi l’industrie à atteindre la neutralité climatique.

en savoir plus

Thèse n° 5

Le gaz est fondamental pour la décarbonisation de la mobilité.

en savoir plus

Thèse n° v6

Le gaz est fondamental pour la sécurité d’approvisionnement.

en savoir plus

Objectif «Renouvelables»

  • Stratégie 30/2030 et activités connexes
  • L’hydrogène, nouveau fondamental de la décarbonisation
  • Couplage des secteurs
  • Etroite collaboration avec la recherche, la science et l’industrie
  • Nouveau marketing et nouvelle marque
mehr erfahren