Gazenergie

Vendredi 30 novembre 2018

Zürich, 30.11.2018

 

G20: Les dirigeants du G20 ont ouvert vendredi à Buenos Aires en Argentine le sommet peut-être le plus tendu de l'histoire de ces rencontres. La réunion internationale se jouera en grande partie autour d'un quatuor: Donald Trump, Vladimir Poutine, Mohammed ben Salmane et Xi Jinping. Il est 16h00 suisses quand les chefs d'Etat et de gouvernements posent pour une photo de famille avant de s'asseoir à la table de réunion. Comme rapprochés par les critiques internationales qu'ils subissent, Vladimir Poutine et "MBS" affichent leur bonne entente. Le président russe et le prince héritier saoudien, commandant chacun d'immenses ressources d'hydrocarbures, se saluent avec une cordialité très remarquée, d'un geste à mi-chemin entre une poignée de main et le "tope-là" de deux adolescents.

UKRAINE: Les tensions entre Kiev et Moscou ont persisté vendredi: l'Ukraine a pris des mesures pour limiter l'accès des hommes russes à son territoire. La décision est une riposte à l'incident naval de dimanche dans le détroit de Kertch. Au cours d'une réunion consacrée à la sécurité, le chef des gardes-frontières ukrainiens Petro Tsiguikal a annoncé que l'accès à l'Ukraine serait désormais "limitée pour les étrangers, en premier lieu pour les citoyens de la Fédération de Russie âgés de 16 à 60 ans de sexe masculin".

FRANCE: Le gouvernement français ne parvient pas à organiser une concertation avec le mouvement populaire et multiforme des "gilets jaunes", à la veille de leur troisième week-end de mobilisation pour le pouvoir d'achat. Le phénomène a également une autre capitale: Bruxelles. Le rendez-vous d'une délégation de "gilets jaunes" avec le premier ministre français Edouard Philippe a tourné au fiasco vendredi après-midi, avec la présence de seulement deux d'entre eux, dont l'un est ressorti presque aussitôt. De nombreux politiciens appellent le gouvernement à faire un geste en direction des "gilets jaunes".

BOSNIE: Héros pour les siens, assassin pour de nombreux Serbes, Naser Oric, ex-commandant des forces bosniaques de Srebrenica, a été définitivement acquitté vendredi. Il était jugé pour crimes de guerre durant le conflit intercommunautaire de 1992-95. Naser Oric et son frère d'armes Sabahudin Muhic "sont acquittés de l'accusation d'avoir commis pendant la guerre (...) des crimes contre les prisonniers", a lu le juge Tihomir Lukes. Les deux hommes étaient jugés pour l'assassinat en 1992 de trois militaires serbes capturés dans les environs de Srebrenica (est). Leur acquittement est définitif.

MIGRATION: Les Nations unies ont indiqué vendredi avoir aidé à rentrer chez eux des centaines de migrants venus d'Amérique centrale et qui avaient formé de vastes cortèges pour tenter de rejoindre les Etats-Unis. L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) est venue en aide jusqu'à présent à plus de 450 migrants, dont des enfants, qui avaient fait part de leur intention de repartir vers leur pays d'origine. En plus, "plus de 300 migrants d'Amérique centrale ont fait part de leur souhait de quitter Tijuana" au Mexique et l'OIM organise leur transport, a déclaré un porte-parole de l'agence de l'ONU, Joel Millman, lors d'un point de presse à Genève.

SYRIE: L'armée israélienne a bombardé plusieurs secteurs au sud de Damas, a affirmé vendredi une ONG. Il s'agirait dès lors des premiers raids de l'Etat hébreu depuis septembre lorsqu'un avion russe avait été abattu accidentellement par la DCA syrienne suite à des tirs israéliens. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a fait état de raids menés jeudi soir par Israël au sud de la capitale, et de tirs de la DCA syrienne. Les médias syriens ont évoqué des tirs antiaériens contre des cibles "hostiles", alors qu'Israël n'a pas confirmé avoir mené de raids mais démenti que ses avions aient été touchés par la DCA.

SOUDAN DU SUD: Ces dix derniers jours, 125 femmes et filles sud-soudanaises ont été violées ou brutalisées alors qu'elles cherchaient à s'approvisionner en nourriture fournie par des organisations humanitaires internationales autour de la ville de Bentiu (nord), a annoncé vendredi l'ONG Médecins sans frontières (MSF). "Des femmes et jeunes filles sont arrivées en masse à la clinique de MSF à Bentiu sur la semaine écoulée après avoir survécu à d'horribles violences sexuelles", a déclaré Ruth Okello, sage-femme travaillant pour MSF au Soudan du Sud. "Certaines sont des filles de moins de 10 ans et d'autres des femmes de plus de 65 ans. Même les femmes enceintes n'ont pas été épargnées par ces attaques brutales", a-t-elle ajouté dans un communiqué de l'organisation.

HONGRIE: Il y aura un nouveau mouvement de concentration au sein de la presse hongroise favorable au gouvernement de Viktor Orban. Cette annonce suscitait vendredi des craintes pour le pluralisme médiatique déjà malmené dans ce pays de l'UE. Quelque 500 médias hongrois nationaux et locaux, tous ouvertement pro-gouvernementaux, vont être regroupés au sein d'un consortium. Son objectif sera de "veiller à la préservation des valeurs nationales", selon un communiqué publié en milieu de semaine.

TURQUIE: Un tribunal turc a rejeté vendredi la demande de libération de l'opposant kurde Selahattin Demirtas. Une décision de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a pourtant appelé à sa libération après deux ans de détention. "Un tribunal local a rejeté la demande de libération de Demirtas", a indiqué à l'AFP une responsable du Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde), dont M. Demirtas est l'une des figures de proue. Dans un communiqué publié vendredi, le HDP a dénoncé une décision "politique", prise sous "la pression du président Erdogan".

FRANCE: La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de retirer à Aung San Suu Kii la citoyenneté d'honneur de la ville. Il s'agit d'un geste "sans précédent" motivé par le silence de la dirigeante birmane sur les violences infligées à la minorité Rohingya. "Compte tenu des multiples violations des droits humains observées en Birmanie et des violences et persécutions commises par les forces de sécurité birmanes à l'encontre de la minorité Rohingya, que l'ONU a qualifiées de génocide, la Maire de Paris va proposer le retrait de la Citoyenneté d'Honneur décernée en 2004 à Aung San Suu Kyi", a annoncé vendredi une porte-parole à l'AFP.

AFRIQUE DU SUD: La justice sud-africaine a fixé vendredi au 20 mai 2019 la prochaine audience préliminaire au procès de l'ancien président Jacob Zuma. Il est poursuivi pour corruption dans une rocambolesque affaire de ventes d'armes vieille de près de vingt ans. Jacob Zuma, qui comparaît libre, a de nouveau pris place vendredi matin dans le box des accusés du tribunal de Pietermaritzburg (est) pour une brève audience, plongée momentanément dans le noir en raison d'une coupure de courant. A l'extérieur du tribunal, des centaines de ses partisans avaient une nouvelle fois fait le déplacement pour lui apporter leur soutien.

ETATS-UNIS: Les recherches des victimes du "Camp Fire", l'incendie qui a ravagé le nord de la Californie pendant plus de deux semaines, ont été arrêtées, ont annoncé les autorités locales jeudi soir. 196 personnes sont encore portées disparues, selon un recensement de la veille. Le feu, qui a été totalement circonscrit dimanche, a fait 88 morts. Il s'agit de l'incendie le plus meurtrier de l'histoire de la Californie.

FRANCE: Deux hommes et une femme étaient en garde à vue vendredi pour viols avec torture et actes de barbarie commis sur une jeune fille de 18 ans séquestrée pendant près de deux mois à Calais, a déclaré le procureur de Boulogne-sur-Mer. Les trois mis en cause ont reconnu les faits, a-t-il précisé. Après avoir quitté son domicile à Dunkerque, la jeune fille s'est retrouvée hébergée dans cette maison de Calais où les occupants lui ont infligé de multiples sévices, l'obligeant notamment "à manger les excréments du chat", "à boire de l'urine" et "à manger des mégots", a indiqué Pascal Marconville. Il confirmait une information de La Voix du Nord.

DANEMARK: Au Danemark, Aarhus, deuxième ville du pays, a annoncé vendredi que son crématorium allait devenir neutre en carbone. Le pays ambitionne de devenir neutre en énergie fossile en 2050. "Nous sommes toujours à la recherche de nouvelles solutions dans nos services qui peuvent réduire l'impact que nous avons sur l'environnement", a expliqué dans un communiqué un responsable de la municipalité, Kim Gulvad Svendsen.

THAÏLANDE: Des petits requins à pointes noires sont de retour à Maya Bay en Thaïlande, baie rendue célèbre par le film "La Plage" avec Leonardo DiCaprio. Son accès a été pendant des mois fermé aux touristes pour permettre à la faune et à la flore de se régénérer. "Venez et comptez les requins!", se félicite l'administration des Parcs nationaux sous une vidéo postée vendredi après avoir été tournée mercredi. On y voit des dizaines de ces requins, abondants sur les récifs coralliens des océans Indien et Pacifique, nager en bordure de plage. Timides, ils ne s'attaquent pas à l'homme.

MAROC: Après une année blanche, le Festival international du film de Marrakech est de retour. Il s'ouvre vendredi sous le signe des étoiles, avec la présence annoncée de grands noms comme Martin Scorsese, Robert De Niro, Agnès Varda, Robin Wright ou Guillermo Del Toro. Très cosmopolite, le jury du festival sera présidé par le réalisateur américain James Gray. A ses côtés: l'actrice indienne Ileana d'Cruz, la cinéaste marocaine Tala Hadid, la libanaise Joana Hadjithomas, l'actrice américaine Dakota Johnson, la réalisatrice britannique Lynne Ramsay ainsi que l'acteur allemand Daniel Brühl, le réalisateur français Laurent Cantet et le mexicain Michel Franco.

ARCHÉOLOGIE: Des archéologues ont découvert en Algérie des outils en pierre taillée vieux de 2,4 millions d'années, bien plus anciens que ceux trouvés dans cette région jusqu'alors. Cette découverte pourrait remettre en cause l'Afrique de l'Est comme berceau unique de l'humanité. Les galets en calcaire et en silex taillés ont été découverts à Sétif, à 300 km à l'est d'Alger, par une équipe de chercheurs internationaux dont des chercheurs algériens, selon leurs travaux publiés jeudi dans la prestigieuse revue Science. Les outils ressemblaient exactement à ceux dits Oldowan, trouvés jusqu'alors principalement en Afrique de l'Est.