Gazenergie

Vendredi 29 septembre 2017

Zürich, 29.09.2017

 

TÉLÉCOMMUNICATIONS: Il y a 20 ans, l'opérateur Swisscom succédait à Telecom PTT. Malgré l'ouverture à la concurrence, le géant bleu est depuis parvenu à préserver sa position de leader du marché suisse des télécommunications, grâce notamment à sa diversification. La révolution numérique, qui a débuté dans les années 1980 aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, a donné naissance à de nouveaux réseaux de communication électronique au niveau mondial. Cette tendance de fond a entraîné libéralisation, ouverture des marchés et abolition progressive des monopoles.

ALIMENTATION: Saviva, filiale de Migros pour le commerce de gros, vend sa division Cash+Carry Angehrn (CCA) à la société vaudoise Aligro. L'entreprise veut se concentrer sur la livraison en gros. L'ensemble du personnel sera repris. Ces dernières années, le commerce en gros a considérablement évolué et les exigences ont constamment augmenté, a indiqué la filiale du groupe Migros, basée à Regensdorf (ZH). Les expériences ont démontré que les divisions commerciales Cash+Carry et la livraison devaient se conformer aux exigences les plus variées et que les synergies étaient plus faibles que prévu, précise-t-elle.

CONFLIT DU TRAVAIL: Le syndicat Unia a obtenu un succès à l'aéroport de Genève, en dénonçant une entreprise qui s'est vue ensuite exclure des marchés publics du site. Genève aéroport revendique de son côté une "victoire collective". Le syndicat se félicite de cette avancée "dans sa lutte contre la sous-enchère salariale" sur les marchés publics genevois. Des améliorations sont encore nécessaires dans les dispositifs de contrôle, a-t-il toutefois déploré.

MARCHÉ DU TRAVAIL: Les immigrations de personnes actives sur le marché du travail ont reculé en Suisse en 2016 pour la troisième fois consécutive. Comme les émigrations d'actifs augmentent aussi, le solde migratoire est le plus bas depuis sept ans. L'an dernier, le solde migratoire des actifs s'est établi à 31'000 personnes, selon une statistique publiée par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Il contribue pour 70% à l'augmentation totale de la population active.

FINANCES: L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) réagit à la forte hausse des appels publics de fonds numériques (ICO), basés sur la technologie des chaînes de blocs (blockchain). Le gendarme du secteur financier veut déterminer la légalité de certains ICO. Alors qu'il existe une grande variété d'initial coin offerings (ICO), aucune prescription spécifique ne s'applique à ces appels publics de fonds numériques pour les entreprises, constate la FINMA. Fondé essentiellement sur des principes, le droit suisse régissant les marchés financiers se veut neutre à l'égard de la technologie.

TECHNOLOGIES MÉDICALES: Le secteur des technologies médicales (medtech) a connu une embellie en 2016, en Europe et aux Etats-Unis. Le chiffre d'affaires global de la branche a progressé de 5% sur un an à plus de 360 milliards de dollars (345,7 milliards de francs). "Une telle croissance n'avait plus été enregistrée depuis la crise financière de 2008", souligne la société d’audit et de conseil EY dans son étude intitulée "Global Medtech Report 2017". En 2015, les ventes des technologies médicales s'étaient repliées de 1,2% à 337 milliards, après des années de faibles hausses.

AVIATION D'AFFAIRES: Perfect Holding a subi une perte opérationnelle nette de 0,4 million de francs au 1er semestre 2017, contre 0,3 million lors de la même période de 2016. Le chiffre d'affaires de l'entreprise lausannoise active dans la vente de vols charters est en légère hausse. "Les résultats semestriels ont été pénalisés par une allocation de 81'000 francs à une provision pour débiteurs douteurs (charters)", indique la société. Les ventes nettes ont atteint 8,3 millions, contre 8,2 millions un an auparavant.

CONJONCTURE: A l'image du SECO, de la BNS et d'autres prévisionnistes, UBS revoit à la baisse son attente en matière de croissance pour 2017. Le numéro un bancaire helvétique table désormais sur une progression du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse de 0,8%, contre 1,4% jusqu'alors. A l'occasion de la diffusion d'un guide destiné aux investisseurs, l'établissement aux trois clefs évoque un début d'année décevant en matière de croissance économique. L'accélération de la hausse du PIB attendue en seconde partie d'année ne permettra toutefois pas d'atteindre le taux de 1,4%.

CONJONCTURE: Après la chute subie en août, le baromètre conjoncturel du KOF est reparti à la hausse en septembre. L'indicateur, qui s'est établi à 105,8 points, a gagné 1,9 point au regard du mois précédent, annulant le repli alors enregistré. Le baromètre a ainsi continué à se maintenir à un niveau nettement supérieur à la moyenne à long terme, souligne le Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). L'institut attend en conséquence pour l'économie suisse des taux de croissance dépassant la moyenne dans un avenir proche.

DISTRIBUTION: Selecta Suisse, détenue par la société d'investissement américaine KKR, acquiert son concurrent italien Gruppo Argenta. La transaction devrait être finalisée au premier trimestre 2018, sous réserve de l'approbation des autorités compétentes, précise la société. Le chiffre d'affaires pro-forma des deux entreprises combinées se situera à 1,5 milliard d'euros (1,7 milliard de francs) et l'EBITDA à environ 240 millions, hors effets de synergies, attendus à plus de 45 millions, grâce à l'intégration de Pelican Rouge, une société néerlandaise nouvellement acquise.

TRANSPORT ET LOGISTIQUE: Panalpina poursuit ses emplettes. Au lendemain de l'annonce du rachat d'une firme néerlandaise, le groupe bâlois de transport et logistique reprend les activités dans le fret aérien et l'importation de produits frais de la société allemande Cool Chain Group (CCG). Dans un communiqué, Panalpina indique avoir conclu la transaction avec Rungis Express, la maison-mère de CCG, sans toutefois en révéler les détails financiers. L'unité reprise, qui sert plus d'une centaine de clients et transporte environ 14'000 tonnes de marchandises par an, sera intégrée au secteur Denrées périssables de Panalpina.

MACHINES TEXTILES: Le fabricant zurichois de machines textiles Rieter a chiffré le coût de la réorganisation de son site d'Ingolstadt en Allemagne à 36 millions de francs. Sur cette somme, 30 millions sont des provisions pour des coûts de restructuration et 6 millions une baisse de valeur. Rieter avait annoncé le 1er février 2017 qu'il allait supprimer 220 emplois de son site d'Ingolstadt, sur 360, et délocaliser sa production de machines à Usti en République tchèque pour améliorer sa compétitivité. Le fabricant a proposé aux collaborateurs concernés des contrats de licenciement ou le passage dans une société de transfert, a-t-il indiqué.

EMBALLAGE: Le producteur de récipients sous pression Airopack a vu au premier semestre sa perte nette s'enfoncer à 19,5 millions de francs, contre -16,2 millions il y a un an. L'entreprise zougoise anticipe une croissance de la production et des volumes de ventes au second semestre. Le bénéfice opérationnel (EBIT) s'est également détérioré à -17,7 millions, contre une perte de 14,6 millions en comparaison annuelle. Cette contre-performance est attribuable à des mesures de restructuration qui devraient à l'avenir permettre une amélioration des résultats.

SCANDALE VOLKSWAGEN: Le géant européen de l'automobile, l'allemand Volkswagen, a annoncé s'attendre à une charge exceptionnelle de 2,5 milliards d'euros (2,84 milliards de francs) au troisième trimestre. Celle-ci est liée au rappel plus compliqué que prévu de ses moteurs diesel truqués 2 litres aux Etats-Unis. Ces nouvelles provisions amputeront d'environ 2,5 milliards son bénéfice opérationnel au troisième trimestre, indique le groupe dans un communiqué, évoquant le programme de rappel et de mise en conformité de près de 500'000 véhicules aux Etats-Unis, qui s'avère "beaucoup plus long et complexe techniquement" qu'anticipé.

PÉTROLE: L'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, ami de longue date de Vladimir Poutine, a été élu président du conseil d'administration du géant pétrolier russe semi-public Rosneft. Une élection qui intervient malgré les critiques d'Angela Merkel. "Je suis heureux d'avoir été élu non seulement membre du conseil d'administration, mais aussi président" de cette instance, a annoncé Gerhard Schröder à la presse à l'issue de l'assemblée générale des actionnaires du groupe contrôlé par l'Etat russe à Saint-Pétersbourg.