Gazenergie

Vendredi 23 novembre 2018

Zürich, 23.11.2018

 

BREXIT: Le sort de Gibraltar après le Brexit "reste la seule question encore ouverte" à régler pour parvenir à un accord global dimanche sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE, ont estimé vendredi des sources diplomatiques. Un texte d'accord doit encore être négocié. L'un des autres points qui continuaient à poser problème, celui des futurs droits de pêche des Européens dans les eaux territoriales britanniques, a "été résolu", a dit une autre source diplomatique. "Les choses avancent, on voit de la lumière au bout du tunnel", a ajouté une troisième à l'issue d'une réunion à Bruxelles.

PAKISTAN: Au moins 31 personnes ont été tuées et plus de 50 blessées vendredi lors d'un attentat-suicide dans un marché du nord-ouest du Pakistan. A Karachi (sud), quatre personnes ont été tuées dans l'attaque du consulat de Chine dans la plus grande ville du pays. "C'était un attentat-suicide. L'équipe de police scientifique a à présent confirmé qu'un kamikaze était responsable de l'attaque", a déclaré à l'AFP Ameen Ullah, un cadre administratif local, qui avait auparavant imputé l'explosion à "un engin artisanal, caché dans un carton de légumes".

YÉMEN: L'émissaire de l'ONU Martin Griffiths a appelé vendredi les belligérants au Yémen à maintenir la trêve et protéger les civils à Hodeida. Il a évoqué de futures discussions en vue d'un rôle majeur de l'ONU dans ce port vital. M. Griffiths s'exprimait depuis la ville de Hodeida, principal front de la guerre, où il effectue sa première visite depuis sa nomination à son poste en février.

DIPLOMATIE: Les espoirs de paix en Afghanistan sont meilleurs qu'ils ne l'ont été depuis plusieurs années, a estimé vendredi un haut responsable des Nations unies. Cela malgré une situation humanitaire grave et les violences persistantes. Le Coordinateur humanitaire de l'ONU en Afghanistan, Toby Lanzer, a déclaré aux journalistes que même si quelque 3,6 millions de personnes sont "à un cran de la famine" et que la pire sécheresse depuis des décennies a dévasté les récoltes, la situation n'est pas totalement sombre.

AFGHANISTAN: Vingt-six personnes ont été tuées dans un attentat commis vendredi contre une mosquée située dans une base de l'armée afghane, dans la province de Khost (est), a-t-on appris auprès des autorités. L'attaque a aussi fait une cinquantaine de blessés. Selon un responsable de la base, installée dans le district d'Ismail Khel, une explosion s'est produite alors que des fidèles étaient réunis pour la grande prière du vendredi. Selon un soldat présent au moment de l'explosion, interrogé à l'hôpital de Khost, "il y avait plusieurs centaines de personnes" dans l'édifice.

HARCÈLEMENT SEXUEL: Le tribunal correctionnel de Créteil a condamné vendredi le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf à quatre mois d'emprisonnement avec sursis pour une agression sexuelle sur une collégienne de 14 ans. Il l'a aussi condamné à une amende de 20'000 euros. Lors de l'audience début novembre, le procureur avait requis six mois d'emprisonnement avec sursis. L'artiste, qui était présent à l'énoncé du jugement, a toujours nié toute agression sexuelle, plaidant le "dépit amoureux" d'une jeune fille qui n'aurait pas supporté d'être éconduite.

VOL MH17: Les proches de 65 Néerlandais morts dans l'explosion de l'avion du vol MH17 abattu au-dessus de l'Ukraine par un missile en 2014 ont introduit un recours contre la Russie vendredi devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), a annoncé leur avocat. "Les familles des victimes souffrent du comportement de la Russie qui nie toujours toute implication dans le crash, refuse de coopérer dans l'enquête et sème de la désinformation", a déclaré l'avocat des familles, Veeru Mewa.

TERRORISME: Un Français de 27 ans a été condamné à dix ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Paris. Il est notamment accusé d'avoir projeté un attentat-suicide visant la communauté chiite au Liban, pour le compte de l'organisation Etat islamique (EI). L'homme, qui a été arrêté en 2014 en banlieue parisienne, comparaissait pour des faits d'association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme, a indiqué le parquet général dans un communiqué. La cour a rendu son verdict jeudi.

DIPLOMATIE: La Turquie a estimé vendredi que l'Union européenne avait "un peu dépassé les bornes" en appelant à la libération d'un opposant kurde du président Recep Tayyip Erdogan. Celui-ci est écroué depuis plus de deux ans. Lors d'une conférence de presse jeudi à Ankara avec le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a dit espérer que Selahattin Demirtas, un des principaux rivaux de M. Erdogan, serait "bientôt" libéré.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE: Le gouvernement tchèque du Premier ministre milliardaire Andrej Babis a survécu vendredi, sans surprise, à une motion de censure déposée par l'opposition. Celle-ci réagissait à des révélations rocambolesques autour de son fils et d'une possible affaire de fraude. Mis en examen depuis 2017 pour un détournement de fonds européens présumé, M. Babis a été accusé la semaine dernière par un site d'information d'avoir envoyé en 2017 son fils en Crimée, annexée par la Russie, pour l'écarter de l'enquête sur cette affaire.

SUÈDE: Le président du Parlement suédois a confié vendredi au Premier ministre sortant, le social-démocrate Stefan Löfven, le mandat de former un gouvernement. Plus de deux mois après les législatives, aucune majorité n'a encore été dégagée. Stefan Löfven, 61 ans, s'est à nouveau vu confier le mandat de trouver des partenaires de coalition par le président du Parlement après un premier échec en octobre. Les législatives du 9 septembre organisées après quatre années de législature de centre-gauche n'ont pas permis de désigner de vainqueur susceptible de construire une coalition stable.

ALLEMAGNE: La justice allemande a ouvert la voie vendredi à un possible procès contre un ancien gardien de 95 ans du camp de concentration nazi de Mauthausen. Il est accusé de complicité dans la mort de plus de 36'000 personnes. L'homme présenté comme Hans H. a été mis en accusation par le parquet de Berlin dans cette affaire, a indiqué la justice locale.

AFFAIRE KASHOGGI: La Turquie a reproché vendredi à Donald Trump de vouloir "fermer les yeux quoi qu'il arrive" sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Selon elle, le président américain apporte un soutien sans faille au pouvoir saoudien au nom de ses intérêts économiques. "Il n'y a pas que l'argent qui compte", a déclaré le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu en référence à l'argumentaire de Donald Trump qui a évoqué notamment l'achat d'armes américaines ou encore la stabilité des prix du pétrole pour justifier son soutien continu à Ryad.

MEXIQUE: Les accusations exprimées lors du procès du narcotrafiquant "El Chapo" à New York mettent en lumière la corruption de certaines autorités mexicaines. Une situation qui a permis l'expansion du trafic de drogue. Jesus Zambada, frère d'Ismael "Mayo" Zambada, co-dirigeant en cavale du cartel d'El Chapo, a expliqué comment les responsables de cette organisation criminelle versaient des pots-de-vin aux responsables policiers et judiciaires mexicains pour protéger l'acheminement de tonnes de cocaïne colombienne vers les États-Unis.