Gazenergie

Vendredi, 19. octobre 2018

Zürich, 19.10.2018

 

TRANSPORT AÉRIEN: Les tensions sont montées d'un cran ces derniers jours entre la direction de la compagnie aérienne à bas coûts Easyjet et son personnel de cabine en Suisse. Partenaire social du transporteur en vertu d'une CCT, le syndicat SSP dénonce la détérioration des conditions de travail et la "surdité de la direction". Selon Easyjet, aucune grève n'est prévue. Le SSP pointe du doigt l'augmentation du nombre de rotations, les pressions sur le personnel et "des salaires insuffisants pour vivre en Suisse".

ALIMENTATION: Aryzta a reçu le soutien de Glass Lewis pour l'augmentation de capital d'un montant maximal de 800 millions d'euros que le boulanger industriel zurichois entend soumettre à ses propriétaires. Le cabinet américain de conseils aux actionnaires juge la proposition du conseil d'administration "raisonnable". Dans son analyse, relayée dans un premier temps par l'agence Reuters et dont AWP dispose une copie, Glass Lewis note que les solutions alternatives réalisables manquent.

BANQUES: Lombard Odier ne gèrera plus de clientèle privée basée aux Etats-Unis. Le groupe bancaire genevois a cédé son portefeuille américain de gestion de fortune à une filiale de la banque zurichoise Vontobel, Vontobel Swiss Wealth Advisors. Le montant de la transaction n'a pas été détaillé. La clôture est prévue pour le premier semestre 2019. Vontobel financera cette opération avec ses fonds propres, ont précisé les deux établissements dans un communiqué.

COMMERCE EN GROS: Le président du conseil d'administration et ex-directeur général (CEO) du groupe DKSH, Jörg Wolle, ne sera pas candidat à sa réélection à l'occasion de la prochaine assemblée générale (AG) du groupe, prévue le 21 mars 2019. Cette décision s'inscrit dans le "changement générationnel" débuté il y a trois ans, indique le facilitateur de distribution zurichois. "Après 28 ans dans l'entreprise, dont 18 ans à sa tête, c'était et c'est toujours notre objectif d'effectuer le changement nécessaire de génération et de direction avec une grande clairvoyance et sérénité", a déclaré l'intéressé, cité dans un communiqué. Sa présidence n'aura finalement duré que deux ans.

TECHNOLOGIES: L'extension de l'accès à l'Internet à large bande a contribué à celle du Produit intérieur brut ces dernières années. L'impact économique d'une connexion mobile est même plus important dans les pays moins développés, dit une étude de l'ONU publiée vendredi à Genève. Une augmentation de 1% dans le taux de pénétration du large bande fixe s'est accompagnée d'une hausse de 0,08% du Produit intérieur brut (PIB), selon ce rapport de l'Union internationale des télécommunications (UIT). Ces bénéfices s'étendent davantage dans les pays riches.

CONJONCTURE: La Chine a vu sa croissance économique ralentir à 6,5% au troisième trimestre, sa plus faible performance trimestrielle depuis neuf ans, selon un chiffre gouvernemental, à l'heure où s'intensifie la guerre commerciale avec les Etats-Unis et que les investissements continuent de stagner. Témoin d'une conjoncture assombrie, le produit intérieur brut (PIB) de la deuxième économie mondiale s'établit au même niveau qu'anticipé par un groupe de 12 analystes sondés par l'AFP. La croissance décroche donc nettement après avoir résisté au premier (6,8%) comme au deuxième trimestre (+6,7%).

BIOTECH: C'est un premier coup de boutoir contre Humira, le médicament le plus vendu au monde: la commercialisation de plusieurs copies biologiques (biosimilaires) a démarré cette semaine en Europe, avec des économies substantielles à la clé pour les systèmes de santé. Cinq fabricants différents sont déjà sur les rangs pour tenter de ravir des parts de marché en Europe à ce traitement phare de l'Américain AbbVie, indiqué contre une dizaine de pathologies auto-immunes parfois très répandues, comme la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis ou encore des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin.

INVESTISSEMENT: L'Arabie saoudite, dont le régime est accusé d'avoir orchestré en Turquie l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, est un investisseur essentiel dans le secteur technologique américain. Le régime, soucieux de réduire sa dépendance au pétrole, détient par exemple des parts dans le groupe Uber. L'Arabie Saoudite s'intéresse particulièrement ces dernières années au secteur technologique et investit notamment via son fonds appelé Public Investment Fund of Saudi Arabia (PIF). Le prince Al-Walid ben Talal, une grande figure du royaume mais en délicatesse avec le prince héritier Mohammed ben Salmane, y est présent depuis bien plus longtemps par le biais de sa holding la Kingdom Holding Company (KHC).

AUTOMOBILES: Le fabricant de poids lourds suédois Volvo Group a annoncé une hausse de 38% de son bénéfice net au troisième trimestre, porté par une demande "solide" sur tous ses marchés. Le bénéfice net a été de 7,46 milliards de couronnes (823 millions de francs), et la marge opérationnelle, à 11,1% (contre 9,6% au troisième trimestre 2017), a dépassé les attentes des analystes interrogés par l'agence SME Direkt, qui tablaient sur 10,4%.

TRANSPORT AÉRIEN: La compagnie aérienne Ryanair a annoncé une série d'accords sur les conditions de travail avec des syndicats de pilotes dans plusieurs pays européens, au moment même où les personnels de cabine menacent de nouvelles grèves. Ces accords sociaux sont conclus avec des syndicats qui sont loin d'avoir été les plus virulents lors du conflit social auquel fait toujours face la compagnie à bas coûts irlandaise.

BIENS DE CONSOMMATION: Le fabricant américain de produits ménagers et d'hygiène Procter and Gamble (P&G) a annoncé avoir enregistré de solides bénéfices et ventes trimestriels, principalement grâce aux recettes générées par les produits de beauté et d'entretien et ce malgré des effets de change défavorables. Le groupe, présent sur de nombreux marchés à travers le monde, a également maintenu inchangées ses prévisions annuelles, en dépit du bras de fer commercial entre les Etats-Unis et la Chine et l'anticipation de conséquences négatives plus importantes que prévu du dollar fort sur ses ventes réalisées hors des Etats-Unis.

CONJONCTURE: L'inflation au Japon a enregistré une nouvelle accélération en septembre, à 1,0%, arrivant ainsi à la moitié de l'objectif de 2% de la banque centrale nippone qui pensait initialement réussir à atteindre ce niveau il y a déjà plusieurs années. Le chiffre du mois de septembre annoncé par le gouvernement correspond à l'évolution attendue par les économistes interrogés par l'agence Bloomberg. Il s'agit de l'inflation mesurée sur les prix au détail hors ceux des denrées périssables.

AUTOMOBILE: Le numéro un mondial de la voiture haut de gamme et des camions, l'allemand Daimler, a une nouvelle fois revu en baisse ses prévisions de bénéfice opérationnel. Le groupe a notamment passé des "charges supplémentaires" liées au scandale des moteurs diesel truqués. Le groupe s'attend désormais à un bénéfice d'exploitation pour 2018 (Ebit) "bien en dessous" de celui de 2017 (14,3 milliards d'euros), contre un niveau "légèrement inférieur" attendu à ce jour et tel qu'annoncé en juin lors d'un premier avertissement publié sur les résultats.

LUXE: La maison Armani restera indépendante, a assuré son fondateur et styliste, Giorgio Armani, 84 ans, dans un entretien publié par le site d'informations économiques Milano Finanza. "J'ai toujours considéré que l'indépendance économique était la valeur fondamentale pour travailler en pleine liberté, sans conditionnement", a expliqué Giorgio Armani.

AÉRONAUTIQUE: Le groupe industriel américain Honeywell a abaissé ses prévisions annuelles afin de refléter l'indépendance donnée à deux de ses activités mais a également fait part de solides résultats trimestriels profitant de la forte demande pour les équipements destinés à l'aéronautique. Honeywell prévoit désormais des ventes pour 2018 comprises entre 41,7 et 41,8 milliards de dollars (presque autant en francs) pour un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 7,95 à 8 dollars.