Gazenergie

Pyongyang promet d'autres tirs de missiles - L'ONU condamne

Zürich, 30.08.2017

 

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a promis de nouveaux lancements de missiles au-dessus du Japon, assurant que le tir d'un Hwasong-12 mardi ne constituait qu'un "lever de rideau". L'ONU l'a unanimement condamné. La Corée du Nord "rejette fermement" cette condamnation.

Mardi, le tir nord-coréen a été condamné "fermement et unanimement" par le Conseil de sécurité de l'ONU. Dans sa déclaration, rédigée par les Etats-Unis, il "demande à tous les Etats membres d'appliquer strictement et pleinement" les résolutions de l'ONU, dont celles imposant des sanctions économiques à la Corée du Nord.

Le Conseil de sécurité avait récemment imposé à Pyongyang une septième volée de sanctions. Pékin et Moscou, les deux alliés-clés de Pyongyang, ont soutenu le texte, qui ne prévoit pas dans l'immédiat un renforcement des sanctions contre le Nord.

Sanctions en réserve

L'ONU se réserve toutefois la possibilité de renvoyer dans leur pays des travailleurs nord-coréens employés à l'étranger ou de prendre des mesures touchant au secteur du pétrole.

Dans sa déclaration, le Conseil réaffirme son engagement à une solution pacifique, diplomatique et politique à la crise. Mais toute discussion est gelée depuis plusieurs années et aucune perspective de relance n'apparaît aujourd'hui.

Pour Washington, l'enjeu à l'ONU était d'afficher le maintien de l'unité internationale - avec Moscou et Pékin - face à Pyongyang. Il s'agissait aussi d'aboutir à une réponse très rapide après le tir de missile, souligne une source diplomatique. Les Etats-Unis ont appelé mercredi la communauté internationale à répondre de manière concertée face à l'attitude "toujours plus dangereuse et déstabilisatrice" de la Corée du Nord.

Pékin n'approuve pas

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a indiqué mercredi que son pays discutait avec ses partenaires du Conseil de sécurité de la "réaction" à adopter, réaffirmant l'importance du consensus entre les 15.

Pékin "n'approuve pas, bien sûr," le tir nord-coréen, "qui a violé les résolutions du Conseil de sécurité et porté atteinte au traité de non-prolifération des armes nucléaires", a souligné Wang Yi.

Isolement du régime

Des millions d'habitants du nord du Japon, qui n'ont pas cédé à la panique, avaient reçu au réveil par texto un message d'alerte du gouvernement tandis que les sirènes retentissaient: "Tir de missile. Veuillez vous abriter!"

Le tir a également entraîné un déluge de condamnations dans les capitales étrangères. "Les actions menaçantes et déstabilisantes ne font qu'accentuer l'isolement du régime nord-coréen dans la région et dans le monde", a déclaré M. Trump dans un communiqué.

"Discuter n'est pas la réponse", a-t-il tweeté mercredi matin, laissant entendre que la recherche d'une solution diplomatique avec le régime de Pyonyang était quoiqu'il arrive vouée à l'échec. Le Pentagone a lui en revanche assuré qu'une solution diplomatique était toujours possible. "Nous ne sommes jamais à court de solutions diplomatiques", a déclaré son patron Jim Mattis.

Kim hilare

Le Rodong Sinmun, organe du parti unique au pouvoir en Corée du Nord, a publié mercredi une vingtaine de photos du tir. L'une d'elles montre Kim Jong-Un hilare entouré de ses conseillers, une carte du Nord-Ouest du Pacifique posée sur son bureau.

Un autre cliché le montre observant le missile qui a été tiré de Sunan, près de Pyongyang. L'engin a parcouru 2700 kilomètres à une altitude maximum d'environ 550 km avant de s'abîmer dans le Pacifique.

Dans une dépêche publiée mercredi, l'agence officielle nord-coréenne KCNA cite M. Kim annonçant "davantage d'exercices de tirs de missiles balistiques à l'avenir avec le Pacifique pour cible".

Le tir de mardi a été "un prélude important pour contenir Guam, base avancée de l'invasion", a-t-il dit, et un "lever de rideau" à des "contre-mesures résolues" contre les manoeuvres militaires que mènent actuellement les armées américaine et sud-coréenne en Corée du Sud.

Test antimissile

De son côté, l'armée américaine a intercepté avec un succès un missile balistique de portée intermédiaire au large de Hawaï, dans le cadre d'un test de défense antimissile, a annoncé mercredi le Pentagone. Le test a été effectué par l'agence de défense antimissile américaine (MDA) et la marine américaine.