Gazenergie

Projet d'attentat contre un avion à Sydney: dernier suspect relâché

Zürich, 06.08.2017

 

Le dernier des quatre suspects arrêtés à Sydney lors d'opérations antiterroristes a été inculpé pour possession d'arme. Il a ensuite été relâché dimanche par la police australienne qui enquête sur un projet présumé d'attentat à la bombe contre un avion.

Cet homme de 39 ans avait été arrêté à Sydney le 29 juillet avec trois autres hommes, dont deux ont été maintenus en détention et un relâché. Après ces arrestations, la sécurité avait été renforcée pour les aéroports australiens.

Deux suspects, âgés de 49 et 32 ans, ont été inculpés de complot terroriste dans cette affaire. La justice leur a refusé vendredi une libération sous caution et le dossier a été renvoyé au 14 novembre. Ils sont soupçonnés d'avoir été téléguidés par le groupe djihadiste Etat islamique (EI) pour mettre au point une bombe destinée à un vol de la compagnie aérienne Etihad au départ de Sydney le 15 juillet.

Ce projet a avorté, l'engin n'ayant pas franchi l'étape de l'enregistrement des bagages. Les suspects ont alors envisagé, selon la police, de mettre au point un engin "de dispersion chimique" et de commettre un attentat au gaz toxique. Cet attentat n'aurait pas forcément visé un avion mais un lieu fréquenté de manière générale.

Le dernier suspect, âgé de 50 ans, avait été relâché mercredi sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui.

Tentatives d'attentats

L'Australie participe à la coalition internationale emmenée par Washington qui mène des raids aériens contre l'EI en Irak et en Syrie depuis l'été 2014. Le pays a relevé son niveau d'alerte aux attaques terroristes en septembre 2014, en raison du risque d'attentats inspirés par des organisations comme l'EI.

Depuis lors, une douzaine d'attentats ont été déjoués et 70 personnes ont été inculpées. Les autorités n'ont cependant pas évité d'autres attaques, parmi lesquelles une prise d'otages dans un café Lindt de Sydney en décembre 2014. Deux otages et l'auteur avaient été tués.