Gazenergie

Plus de graisse et moins de sucre pour allonger l'espérance de vie

Zürich, 06.09.2017

 

Un régime alimentaire cétogène, soit riche en graisse et très pauvre en glucides, a nettement amélioré la mémoire et la vigueur physique de souris vieillissantes, selon deux études menées indépendamment. Ces aliments ont même prolongé la vie des rongeurs.

Une diète comme le régime Keto suscite de l'intérêt pour les possibilités qu'elle offre de perdre du poids. Quand l'apport en glucides est fortement réduit, l'organisme se met en état de cétose, qui consiste à brûler sa propre graisse pour produire de l'énergie.

Ces derniers travaux sur le régime cétogène, publiés mardi dans la revue Cell Metabolism, suscitent "l'espoir de pouvoir accroître le nombre d'années en bonne santé chez les humains", estiment les chercheurs, soulignant qu'il faut encore mener de nombreuses études cliniques.

"Le fait que cette diète ait eu un tel effet sur la mémoire et la préservation des fonctions cérébrales de ces rongeurs est vraiment surprenant", explique Eric Verdin, patron de l'institut de recherche Buck sur le vieillissement en Californie, principal auteur de l'une des études.

Sept à dix ans de plus

"Les vieilles souris soumises au régime cétogène avaient une meilleure mémoire que les jeunes souris, ce qui est vraiment remarquable", pointe le chercheur.

"J'ai été surpris par l'accroissement observé de 13% en moyenne de la vie des souris ayant suivi le régime riche en graisse... ce qui équivaut à un gain de sept à dix ans pour les humains", souligne Jon Ramsey, professeur à l'université de Californie à Davis, principal auteur de la seconde étude.

Des tests des fonctions cardiaques et des changements génétiques ont révélé que le régime cétogène produisait des effets physiologiques similaires au jeûne et de l'exercice physique.

"Si nous avions une meilleure idée des mécanismes biologiques anti-âge actionnés par le régime cétogène cela ouvrirait la voie au développement d'une simple molécule permettant d'induire les mêmes effets", explique le professeur Ramsey.

Ces chercheurs notent que le régime cétogène est compliqué à suivre avec des effets potentiellement néfastes. Ils remarquent toutefois que les résultats "devraient être interprétés avec beaucoup de prudence, car les souris ont un métabolisme différent".