Gazenergie

Pluie de réactions après l'essai nucléaire de Pyongyang

Zürich, 03.09.2017

 

De Pékin à Washington, en passant par Moscou, les réactions internationales fusaient dimanche après un important essai d'arme nucléaire nord-coréen. Pékin l'a "condamné vigoureusement", alors que Washington se dit déterminé à assurer la défense du Japon.

Le conseiller américain à la sécurité nationale, le général H.R. McMaster, a informé son homologue japonais que les Etats-Unis n'excluaient pas la dissuasion stratégique pour soutenir Tokyo. L'alliance militaire qui unit le Japon et les Etats-Unis prévoit en effet une assistance militaire de Washington en plaçant son allié sous la protection de son parapluie nucléaire.

Pékin a "condamné vigoureusement" le nouvel essai nucléaire effectué par la Corée du Nord. Le gouvernement chinois a exhorté Pyongyang à "cesser d'aggraver la situation" avec des "gestes qui ne servent pas ses intérêts".

La Corée du Nord "a ignoré l'opposition générale de la communauté internationale et effectué un nouveau test nucléaire. Le gouvernement chinois exprime son opposition résolue et condamne vigoureusement" cette action, a déclaré le ministère des affaires étrangères dans un communiqué au ton cinglant.

Principal soutien diplomatique et économique de Pyongyang, Pékin enjoint à son voisin de "considérer la ferme résolution de la communauté internationale (en faveur de) la dénucléarisation de la péninsule coréenne".

Moscou appelle au calme

La Russie a aussi condamné l'essai. "Cette dernière manifestation par Pyongyang de mépris pour les exigences des résolutions en la matière du Conseil de sécurité de l'ONU et les normes du droit international mérite la plus forte condamnation", selon un communiqué du ministère russe des affaires étrangères.

Le ministère ajoute que cet essai constitue "une menace grave pour la paix et la sécurité" dans la région. Pour Moscou,"il est impératif de rester calme et s'abstenir de toute action qui conduirait à une nouvelle escalade".

Du côté de Séoul, le président sud-coréen Moon Jae-In a exigé dimanche "la punition la plus forte" contre la Corée du Nord. Il a demandé "toutes les mesures diplomatiques, et notamment des sanctions au Conseil de sécurité de l'ONU pour isoler complètement la Corée du Nord", a déclaré le conseiller du président Chung Eui-Yong après une réunion d'urgence du Conseil de sécurité nationale.

Macron exhorte l'UE

Le président français Emmanuel Macron a lui aussi appelé dimanche le Conseil de sécurité de l'ONU à réagir "rapidement" à l'essai nucléaire de Corée du Nord, qu'il condamne "avec la plus grande vigueur". Dans un communiqué publié par l'Elysée, le chef de l'Etat a dit également souhaiter "une réaction unie et claire de l’Union européenne."

A Vienne, le chef de chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Yukiya Amano a réagi par voie de communiqué: l'essai nucléaire nord-coréen est un acte "extrêmement regrettable" effectué "au mépris complet" des exigences internationales.