Gazenergie

Petit excédent commercial japonais en août

Zürich, 20.09.2017

 

Le Japon a enregistré en août un excédent commercial de 113,6 milliards de yens (980 millions de francs), contre un déficit de 34 milliards un an plus tôt, a annoncé mercredi le ministère des finances. Ce retour dans le vert est à mettre au compte des exportations.

Celles-ci ont progressé de 18,1% sur un an, grâce aux automobiles, aux pièces afférentes et aux composants électroniques, a précisé la même source. Les expéditions de marchandises à l'étranger ont atteint en valeur 6278 milliards de yens.

"La hausse de 18,1% de la valeur des exportations en août a été beaucoup plus forte que les 13,4% en juillet, et bien au-dessus de la prévision moyenne de l'agence Bloomberg (+14,3%)", relève Marcel Thieliant de Capital Economics.

Les arrivages en provenance de l'extérieur ont quant à eux augmenté en valeur de 15,2% à 6164 milliards de yens, essentiellement du fait de la flambée de la facture de charbon (+70% sur un an), de gaz naturel liquéfié (+27%) et de pétrole brut (+14%).

Hydrocarbures

Le Japon est totalement dépendant de l'extérieur pour son approvisionnement en hydrocarbures, d'autant plus essentiel qu'il reste privé de la plupart de ses réacteurs nucléaires maintenus à l'arrêt dans l'attente de mise en conformité avec des normes de sûreté durcies après l'accident de Fukushima en mars 2011.

La bonne tenue des exportations, favorisées par un yen affaibli, soutient la reprise au Japon, qui se targue actuellement de vivre sa plus longue période de croissance depuis un peu plus d'une décennie.

Par région, l'excédent a augmenté de 49% vis-à-vis des Etats-Unis, grâce aux secteurs de l'automobile et de l'électronique. Il s'est élevé de 75% vis-à-vis de l'Asie, du fait de meilleures ventes de semi-conducteurs, appareils scientifiques et optiques ou encore d'acier.

A l'égard de l'Union européenne, le Japon a accusé un petit déficit, principalement dû à des importations d'automobiles en progression de 17% et d'avions en très forte hausse de 428%.

Envers la Chine, le déficit a reculé de 30% mais reste relativement élevé (240 milliards de yens) du fait des importations d'équipements audio-visuels et informatiques assemblés dans cette "usine du monde".