Gazenergie

Nouveau partenaire de recherche pour le laboratoire du Mont Terri

Zürich, 02.07.2020

 

L'Agence fédérale allemande pour le stockage des déchets radioactifs (BGE) vient s'ajouter aux 21 partenaires que compte le laboratoire souterrain du Mont Terri. Il y a une année, l'EPF de Zurich et l'Office fédéral allemand pour la sûreté de la gestion des déchets nucléaires (BASE) avaient déjà rejoint le projet.

La BGE est l'homologue allemande de la société suisse Nagra. Dorénavant, 22 organisations provenant de neuf nations différentes mèneront des recherches dans le laboratoire souterrain du Mont Terri, près de St-Ursanne, sous la direction de l'Office fédéral de topographie swisstopo, a indiqué ce dernier jeudi dans un communiqué.

L'agence allemande participera principalement à des expériences liées à un dépôt géologique profond des déchets radioactifs dans les roches argileuses. L'Allemagne, tout comme la Suisse, a lancé une procédure de sélection des sites.

En plus des roches argileuses telles que les argiles à Opalinus, la BGE étudie également d'autres roches d’accueil possibles telles que les formations salines et les roches cristallines.

Leader international

Le laboratoire souterrain fait aujourd’hui partie des laboratoires géologiques de pointe dans les recherches sur les roches argileuses. Les premières expériences scientifiques sur l’argile à Opalinus datent de 1996. Au total,150 expériences ont été réalisées à ce jour.

On y examine les caractéristiques hydrogéologiques, géochimiques et géotechniques des argiles à Opalinus en vue du stockage futur de déchets radioactifs en couches profondes, mais aussi pour d’autres applications comme le stockage géologique du CO2 par exemple; swisstopo est chargé de la gestion et du fonctionnement de ce projet de recherche international.

Le canton du Jura est propriétaire du site; il octroie annuellement des autorisations d’exploitation pour que swisstopo puisse poursuivre ses projets de recherche. Le laboratoire souterrain sert exclusivement à des fins de recherche, il n’est pas question d’y stocker un jour des déchets radioactifs.