Gazenergie

Meyer Burger se réoriente vers la production de l'énergie solaire

Zürich, 19.06.2020

 

Meyer Burger se réinvente. De producteur de machines pour la fabrication d'installations photovoltaïques, l'entreprise bernoise en grande difficulté entend tirer profit de son avance technologique et se muer en un fabricant de panneaux solaires. A cet effet, le groupe veut procéder à une augmentation de capital de 165 millions de francs.

Pour décider de cette mue radicale et de recueillir les fonds nécessaires à l'opération, la firme établie à Thoune annonce vendredi convoquer en date du 10 juillet prochain une assemblée générale extraordinaire. En dépit de son avance technologique, Meyer Burger n'est pas parvenu tout au long de ces dernières années à dégager des bénéfices, constate la société dans son communiqué.

La firme de l'Oberland bernois note avoir fixé des normes essentielles dans la production de cellules photovoltaïques, comme par exemple la technologie des scies à fil diamanté, sur lesquelles repose actuellement la fabrication de modules solaires. Une grande partie de la production mondiale se base ainsi sur des technologies de Meyer Burger.

Cependant, avec la vente des machines, la technologie a été cédée aux clients, tout comme la réalisation de la valeur qui en découle. La nouvelle orientation stratégique doit permettre à Meyer Burger de tirer pleinement parti de sa position de leader technologique et d'afficher une rentabilité durable.

Offre abondante et guerre de prix

Multipliant les pertes ces dernières années, Meyer Burger peinait à séduire les fabricants de panneaux solaires avec sa dernière technologie d'hétérojonction. Dans un marché en proie à une offre abondante et une féroce guerre des prix, ces derniers ne songeaient guère à investir dans de nouvelles installations de production.

L'entreprise avait déjà annoncé lors de l'assemblée générale ordinaire de mai envisager la mise en place d'une production propre de cellules et de modules à grande échelle en Allemagne. Mais la collaboration prévue dans ce cadre avec la société REC ne sera pas poursuivie, a ajouté Meyer Burger.

Le groupe de l'Oberland bernois motive sa décision par le fait que REC n'a pas été en mesure de tenir ses promesses. A l'avenir, les machines de production basées sur la technologie d'hétérojonction/SmartWire de Meyer Burger ne seront plus produites qu'à l'usage exclusif de l'entreprise.

Précisant à l'agence AWP les plans du groupe, son directeur général depuis avril, Gunter Erfurt a indiqué qu'un premier site de production d'une capacité de 400 mégawatts sera installé en Allemagne. Celui-ci n'a pas souhaité fournir d'indications plus précises quant à la localisation de l'usine, notant que Meyer Burger entend toutefois utiliser les infrastructures existantes.

Marché des toitures visé

Outre son siège de Thoune, Meyer Burger est présent à Hauterive, dans le canton de Neuchâtel, ainsi qu'à Hohenstein-Ernstthal, près de Chemnitz, dans le Land allemand de Saxe. Le groupe thounois dispose aussi de filiales en Chine et en Inde, notamment.

Meyer Burger vise dans un premier temps le marché des modules photovoltaïques pour les toitures, une extension progressive de la production étant prévue ces prochaines années. D'ici le début de 2022, le volume produit devrait être porté à 1,4 gigawatt pour les cellules et à 0,8 gigawatt pour les modules.

Sur cette base, Meyer Burger anticipe un chiffre d'affaires annuel de 400 à 450 millions de francs et une marge EBITDA de 25 à 30 % à partir de 2022. Selon M. Erfurt, les volumes déjà produits sur la ligne de production test de 600 MW installée fin 2019 pour un client ont permis de franchir le seuil de rentabilité au niveau opérationnel.

Afin de réaliser sa mue, Meyer Burger entend emprunter l'an prochain 180 millions de francs. Lors de l'assemblée générale du 10 juillet prochain, le conseil d'administration soumettra à ses actionnaires deux variantes pour son augmentation de capital.

Aller vite

Pour autant que les actionnaires donnent leur feu vert à la mue, Meyer Burger entend la mettre en oeuvre rapidement. Le groupe souhaite finaliser l'augmentation de capital avant la fin juillet, afin de proposer des premiers produits à partir du deuxième trimestre 2021, a poursuivi M. Erfurt.

Des discussions avec des clients en Europe et aux États-Unis portant sur un volume d'achat de quelque 2 gigawatts par an sont en cours.

Pour les deux variantes de l'augmentation de capital, le prospectus d'offre devrait être publié le 14 juillet. La période de souscription devrait commencer le 14 juillet pour s'achever le 22 juillet. La négociation des droits de souscription à la Bourse suisse est elle agnelée entre le 14 et le 20 juillet.

Alors que les analystes jugent l'avance technologique de Meyer Burger crédible, les investisseurs ont salué les plans du groupe bernois. A la Bourse suisse vers 10h15, l'action Meyer Burger bondissait de 3,76% à 0,185 franc. L'indice élargi SPI gagnait dans le même temps 0,41%.