Gazenergie

Meilleure surveillance des eaux souterraines dès 2021

Zürich, 06.07.2020

 

Le canton de Fribourg veut améliorer la surveillance de ses eaux souterraines. L'acquisition d'un équipement d'analyse de pointe permettra de mieux quantifier les micropolluants dès 2021.

Grâce à cet outil, le Service de l'environnement prévoit un renforcement de la surveillance des eaux souterraines, notamment dans le nord du canton (régions agricoles fortement touchées du Lac, Broye et Basse Singine), grâce à des analyses à grande échelle, a indiqué lundi le Conseil d'Etat fribourgeois en réponse à une question de députés. Les métabolites du chlorothalonil seront incluses dans cette surveillance.

Le gouvernement a rappelé qu'il est de la "responsabilité de l’Etat de protéger les eaux". Sur la base du constat actuel, qui montre une présence à grande échelle de pesticides dans les eaux souterraines, le Conseil d'Etat étudie différentes mesures.

Il prévoit d'étendre les projets de protection des ressources et d'aider - via un financement important de la Confédération - les exploitations qui mettent en place des mesures agricoles visant à diminuer les polluants. Une autre mesure serait, par exemple, d'interdire l’utilisation des pesticides dans les zones de protection des eaux souterraines.

Lac de Morat: valeurs dépassées

Actuellement, le chlorothalonil et ses métabolites ne font pas encore partie des substances analysées dans les lacs du canton. Sur un total de plus de 5000 mesures de produits phytosanitaires, des substances ont été détectées un peu plus de 800 fois (17% des résultats) et seulement 18 dépassent les valeurs limites (0,4% des résultats). A noter que ces 18 substances concernent uniquement le lac de Morat.

Pour ce qui est du lac de Neuchâtel, une collaboration est établie avec le Service de l’énergie et de l’environnement du canton de Neuchâtel qui mesure les micropolluants depuis 2017. Sur les quatre campagnes d’analyses disponibles (octobre 2017 – février 2018 – octobre 2018 – avril 2019), il n’y a pas eu de dépassement de la valeur limite sur les phytosanitaires.

Gestion de l'eau potable

Par ailleurs, le Conseil d'Etat fribourgeois a indiqué lundi qu'il accepte le postulat du 19 septembre 2018 sur l’état et le suivi des ressources en eau potable du canton de Fribourg. En raison du changement climatique et des périodes de sécheresse qui s'accentuent, le niveau des nappes phréatiques inquiète les agriculteurs et les communes.

Le postulat demande qu'un bilan hydrologique global soit effectué pour vérifier et planifier les ressources en eau potable sur le long terme. Des relevés des niveaux des nappes souterraines et des sources devront notamment aussi être réalisés pour contribuer à une meilleure coordination cantonale.