Gazenergie

mardi 16 juin 2020

Zürich, 16.06.2020

 

CONJONCTURE: Le creux de la vague du ralentissement économique devrait être actuellement atteint, la conjoncture helvétique devant ensuite reprendre son souffle en seconde partie d'année. Mais la reprise devrait être plus lente en 2021 et le chômage est attendu en nette hausse, avertissent les économistes. "Une multitude d'entreprises ont dû réduire, voire suspendre leurs activités à la suite des mesures sanitaires qui ont été nécessaires dès la mi-mars en vue d'enrayer la propagation du coronavirus", d'où un effondrement de la croissance au 1er trimestre, a indiqué le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco).

COMPÉTITIVITÉ: La Suisse est de nouveau montée d'un cran dans le classement 2020 de la compétitivité mondiale établi par l'institut IMD. Elle s'est hissée sur la troisième marche du podium, derrière Singapour et le Danemark. "L'avantage des petites économies dans la crise actuelle vient de leur capacité à lutter contre la pandémie et de leur compétitivité économique" estime Arturo Bris, directeur du centre de compétitivité de l'IMD, cité dans l'étude publiée, soulignant leur "facilité à trouver un consensus social".

CONJONCTURE: Les perspectives s'éclaircissent pour le commerce de détail suisse, du moins si aucune deuxième vague ne vient troubler la reprise. En 2020, le chiffre d'affaires du secteur devrait s'inscrire à des niveaux comparables à ceux de l'exercice précédent, selon les estimations de GfK Suisse. Les mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus ont pesé sur les affaires et continuent de freiner la croissance, toutefois elles ont aussi certains côtés positifs. D'une part, le tourisme d'achat a été fortement réduit pendant le confinement et de l'autre, la tendance à rester en Suisse pendant les vacances d'été aura une influence positive sur la demande intérieure.

MACHINES: Oerlikon se voit un peu comme un gagnant de la crise, estime son directeur général, Roland Fischer. L'unité Manmade Fibers, spécialisée dans les composants et machines pour les fibres synthétiques, fournit ainsi des clients produisant des textiles non tissés utilisés pour la fabrication de masques, explique Roland Fischer dans une interview publiée dans plusieurs titres de Tamedia.

LUXE: Le groupe de luxe Richemont a nommé l'ancien patron de Givenchy, Philippe Fortunato, à la tête de sa division mode et accessoires à partir de septembre, a indiqué le groupe confirmant l'information dévoilée auparavant par des agences de presse. M. Fortunato remplace Eric Vallat qui avait démissionné l'automne dernier. Le Français faisait également partie de la direction générale.

MATÉRIEL ROULANT: Stadler Rail a obtenu une nouvelle commande de la société de transports publics AB Transitio. Le fabricant thurgovien de matériel roulant livrera d'ici l'année prochaine douze rames de trains à deux étages pour un montant de 133,3 millions de francs. AB Transitio exerce ainsi une option inscrite dans un contrat initialement passé en 2016 et qui a déjà débouché sur la livraison de 41 rames de type KISS, précise Stadler Rail.

COMMERCE DE DÉTAIL: Les magasins de proximité Migrolino, détenus par Migros, ont renforcé leur partenariat avec le groupe pétrolier Shell. Le géant orange va moderniser la soixantaine de boutiques implantées dans les stations-services et revoir leur assortiment. Le nouveau concept de très petites surfaces sera lancé sous la marque "mio" et complétera les enseignes actuellement exploitées sous le concept "Shell Select", a précisé la coopérative dans un communiqué.

CONJONCTURE: Les économies dépendant largement du secteur des services risquent de payer à long terme le plus lourd tribut à la crise économique causée par la pandémie de Covid-19 car il n'est pas certain qu'ils bénéficieront d'un rebond marqué de la consommation, souligne l'économiste en chef du FMI. "L'impact à long terme des économies dépendant largement des services, notamment celles tributaires du tourisme, est particulièrement préoccupant", estime Gita Gopinath dans un blog.

CONJONCTURE: Les ventes au détail aux Etats-Unis ont affiché une hausse record en mai (+ 17,7%) qui met fin à trois mois de repli grâce à la réouverture de l'économie, selon les données du département du Commerce. En mai, les ventes ont représenté 485,5 milliards de dollars contre 412,6 milliards (révisé en hausse) en avril, a-t-il précisé dans un communiqué.

CORONAVIRUS: Environ 600'000 personnes ont perdu un emploi salarié au Royaume-Uni d'après un indicateur avancé pour mai comparé à mars à cause de la pandémie de coronavirus, tandis que les offres d'emploi n'ont jamais été aussi faibles, a indiqué le Bureau national des statistiques (ONS). En revanche le taux de chômage pour les trois mois terminés à fin avril s'élève à 3,9%, inchangé par rapport au trimestre précédent et comparé à 3,8% un an plus tôt: il ne comprend notamment pas les personnes placées en chômage partiel grâce aux aides gouvernementales au maintien de l'emploi.