Gazenergie

Lundi 4 septembre 2017

Zürich, 04.09.2017

 

PÉNINSULE CORÉENNE: Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence lundi pour s'accorder sur une réponse au sixième essai nucléaire nord-coréen. Washington a exigé les mesures "les plus fortes possible", alors que Pyongyang est soupçonné de préparer un nouveau tir de missile. Un projet de résolution sur de nouvelles sanctions contre le régime de Pyongyang va être négocié cette semaine à l'ONU et mis au vote dans une semaine, a annoncé l'ambassadrice américaine Nikki Haley.

ALLEMAGNE - TURQUIE: Le porte-parole du président turc Recep Tayyip Erdogan a reproché lundi un "manque de vision" et une "soumission au populisme" à la chancelière allemande. Angela Merkel s'est dite favorable à un arrêt des négociations sur l'adhésion de la Turquie à l'UE. Dans une tirade enflammée sur Twitter, Ibrahim Kalin écrit qu'"attaquer la Turquie (et) Erdogan et ignorer les problèmes fondamentaux et urgents de l'Allemagne et de l'Europe reflète un manque de vision en Europe".

ALLEMAGNE: Angela Merkel a promis lundi de porter à un milliard d'euros, le double du montant initialement prévu, le nouveau fonds destiné à financer des infrastructures de transport urbain. Elle espère ainsi dissuader certaines villes d'interdire les moteurs diesel. La moitié de ce montant sera à la charge des constructeurs et l'autre moitié de l'Etat fédéral, a précisé la chancelière allemande en recevant des responsables locaux. Les mairies pourront y puiser afin de créer des bornes de recharge pour les voitures électriques ou développer leurs transports publics.

DROITS HUMAINS: La Commission d'enquête indépendante (CPI) de l'ONU sur le Burundi a "des motifs raisonnables" de conclure que des "responsables au plus niveau de l'Etat" ont perpétré des crimes contre l'humanité. Dans son rapport final, elle demande l'ouverture d'une procédure par la CPI. "La plupart" des violences observées constituent des crimes contre l'humanité, a dit lundi devant la presse le président de la Commission Fatsah Ouguergouz. Il a mis en cause la politique de l'"Etat burundais" sans nommer directement le président Pierre Nkurunziza.

CLIMAT: Caritas Suisse demande que la Suisse contribue à hauteur d'un milliard de francs aux mesures de protection climatiques dans les pays en voie de développement. Pour l'organisation, ce n'est pas aux pays les plus pauvres de payer les dégâts du réchauffement climatique. Le changement climatique touche en priorité les populations marginalisées ou opprimée dans les pays dits "du Sud". Les pays "du Nord" devraient financer des solutions luttant contre ces conséquences néfastes, à raison de 100 milliards de francs par années et à partir de 2020, plaide Caritas Suisse.

OSCE: L'organisation pour la sécurité et la coopération en Europe doit développer sa compétence en tant que plate-forme pour les pays membres, selon son secrétaire général Thomas Greminger. "La volonté de travailler ensemble est primordiale", a-t-il déclaré. "Nous vivons une époque très stimulante", a dit M. Greminger lors de la présentation des objectifs pour son mandat, lundi à Vienne. Le diplomate suisse pourrait s'imaginer organiser des discussions entre la Russie et les Etats-Unis dans le cadre de l'organisation.

BIRMANIE: Les Rohingyas de Birmanie sont chaque jour plus nombreux à fuir au Bangladesh: ils sont près de 87'000 à avoir pris la route de l'exode après dix jours de violences qui ont isolé la Birmanie, a annoncé lundi le bureau de coordination de l'ONU au Bangladesh. Les violences ont commencé avec l'attaque le 25 août d'une trentaine de postes de police par les rebelles de l'Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA), qui dit vouloir défendre les droits bafoués de la minorité musulmane rohingya. Depuis, l'armée birmane a lancé une vaste opération dans cette région pauvre et reculée, l'Etat Rakhine.

ANGOLA: La Commission nationale électorale (CNE) angolaise a "catégoriquement" rejeté les accusations de l'opposition. Cette dernière dénonçait des "irrégularités" lors des élections générales du 23 août remportées par le parti au pouvoir depuis 1975. Les partis qui dénoncent les résultats "sont de mauvaise foi". Ils cherchent à "décrédibiliser le processus électoral angolais", a déclaré le président de la CNE, André da Silva Neto, lors d'une conférence de presse lundi à Luanda.

VENEZUELA: Julio Borges, président du Parlement vénézuélien et opposant au président Nicolas Maduro, se trouve en Europe pour des rencontres avec quatre chefs d'Etat et de gouvernement, ont annoncé ses services dimanche. Il fera escale à Paris, Madrid, Berlin et Londres. "La première réunion qu'aura M. Borges sera lundi avec le président français Emmanuel Macron. Mardi, il se rendra à Madrid pour rencontrer le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy", indique un communiqué publié à Caracas.

SYRIE: L'armée syrienne s'approchait inexorablement de Deir Ezzor. Depuis deux ans, le groupe Etat islamique (EI) assiège l'enclave gouvernementale de la ville, chef-lieu de la dernière province de Syrie encore aux mains des djihadistes. La perte de la ville de Deir Ezzor et de sa province riche en pétrole et frontalière de l'Irak sonnerait le glas de la présence de l'EI en Syrie, trois ans après sa montée en puissance fulgurante dans ce pays. L'organisation extrémiste a déjà perdu plus de la moitié de son bastion de Raqa, plus au nord, attaqué par des forces arabo-kurdes.

COLOMBIE: Le gouvernement colombien et la guérilla de l'ELN, en pourparlers de paix depuis février, ont convenu d'un cessez-le-feu bilatéral. Cette annonce intervient peu avant la visite du pape François attendu mercredi à Bogota. "Oui, cela a été possible! Nous remercions toutes celles et tous ceux qui ont résolument appuyé les efforts pour parvenir à ce #CeseAlFuegoBilateral (Cessez-le-feu bilatéral)", a tweeté la délégation de l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste) depuis Quito, où se tiennent les négociations.

FRANCE: Une semaine après la disparition dans le sud-est de la France de la petite Maëlys, un suspect a été inculpé et écroué pour enlèvement dimanche soir. Il a reconnu que la fillette de neuf ans était montée dans sa voiture, tout en continuant de clamer son innocence. C'est après la découverte de traces d'ADN dans son véhicule que cet homme de 34 ans a reconnu que la fillette était montée dans sa voiture le soir de sa disparition, pendant une fête de mariage dans un village des Alpes.

MONARCHIE: Kate Middleton n'a jamais caché son désir de fonder une famille nombreuse. Le Prince William et son épouse ont annoncé lundi qu'ils allaient devenir parents pour la troisième fois en près de cinq ans. Les supputations se sont révélées justes. Alors qu'on lui remettait en cadeau un accessoire pour nouveau-né lors d'un voyage officiel en Pologne, Kate avait blagué avec son mari sur la nécessité pour eux de "faire d'autres bébés", alimentant les rumeurs de troisième grossesse.