Gazenergie

L'UE redit sa volonté de sauver l'accord nucléaire avec l'Iran

Zürich, 27.11.2018

 

L'UE est déterminée à sauver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien malgré le retrait américain. La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini l'a dit à l'issue d'une rencontre avec le chef de l'agence iranienne de l'énergie atomique Ali Akhbar Salehi.

Les deux responsables "ont exprimé leur volonté de préserver l'accord nucléaire (...), pilier essentiel de la sécurité régionale et européenne", ont précisé mardi les services de la représentante de la diplomatie européenne dans un communiqué.

"Pendant la réunion, Federica Mogherini a également rappelé la position de l'UE sur des sujets de préoccupation comme le rôle de l'Iran dans la région", ajoute le communiqué. Auparavant, M. Salehi avait une nouvelle fois souligné que la patience de l'Iran, inquiet de ne pas voir les retombées économiques de l'accord de 2015, avait des limites.

"Si nous ne pouvons pas vendre notre pétrole et que nous ne pouvons pas profiter des transactions financières, alors je ne vois pas l'intérêt pour nous de maintenir cet accord", a-t-il dit à Reuters.

"Notre patience a des limites"

Ali Akbar Salehi a ajouté que Téhéran pourrait reprendre son enrichissement d'uranium à 20% si l'accord conclu en juillet 2015 à Vienne ne lui apportait aucun bénéfice. "Notre patience a des limites", a-t-il souligné.

Lundi déjà, le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique avait mis en garde l'UE contre les conséquences funestes qu'aurait une incapacité à préserver les bénéfices économiques de l'accord, menacé depuis que Donald Trump en a retiré les Etats-Unis au mois de mai dernier.

L'UE tente de mettre sur pied un système de troc contournant les sanctions américaines pour permettre la poursuite du commerce avec l'Iran. Mais la mise en place de ce mécanisme d'échanges de créances et de compensations, ou "Special Purpose Vehicle" (SPV), est compliquée.