Gazenergie

L'UE prolonge de six mois les sanctions contre la Russie

Zürich, 19.06.2020

 

L'Union européenne a décidé vendredi de prolonger de six mois ses sanctions économiques contre la Russie décidées en 2014 après l'annexion de la Crimée et le conflit dans l'est de l'Ukraine. Les sanctions frappent les secteurs économiques vitaux du pays.

Elles devaient expirer à la fin du mois, a rappelé la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin vendredi lors d'un point de presse à l'issue d'un sommet virtuel des dirigeants de l'UE.

Evoquant le déroulement des discussions concernant les accords de Minsk, qui doivent aider à restaurer la paix dans l'est de l'Ukraine, elle a estimé que "les progrès n'étaient pas tels que nous pouvions recommander de ne pas prolonger les sanctions".

Décidées en 2014 contre la Russie après l'annexion de la Crimée, elles touchent les secteurs du pétrole, de la défense et des banques russes. Elles avaient été imposées après la mort de 298 passagers d'un vol de la compagnie Malaysia Airlines abattu par un missile au-dessus de l'Ukraine en juillet 2014.

Meurtre à Berlin imputé à Moscou

Le conflit entre les combattants soutenus par la Russie et les troupes ukrainiennes a fait plus de 13'000 morts depuis 2014, quand la Russie a annexé la Crimée et que des forces pro-russes dans l'Est ukrainien se sont rebellées contre Kiev.

Cette reconduction des sanctions intervient au moment où les relations germano-russes sont tendues après que la justice allemande a accusé Moscou d'avoir commandité le meurtre en 2019 d'un opposant géorgien dans le parc de Tiergarten, en plein coeur de Berlin. La Russie nie toute implication.

Le gouvernement allemand a menacé Moscou de nouvelles sanctions dans cette affaire, qui a été comparée à l'empoisonnement de Sergueï Skripal, un ex-agent double russe tué en Grande-Bretagne en mars 2018.

La chancelière, qui n'a de cesse de souligner l'importance du dialogue avec la Russie, avait exprimé une certaine exaspération en évoquant en mai une cyberattaque menée en 2015 contre les députés allemands et ses propres services, indiquant avoir des "preuves concrètes" et qualifiant ces attaques de "scandaleuses".

Jeudi, l'UE avait annoncé avoir reconduit pour une année certaines sanctions économiques imposées à la Russie après l'annexion de la Crimée.