Gazenergie

L'incertitude politique fait perdre au Kosovo des opportunités

Zürich, 16.08.2017

 

L'incertitude politique au Kosovo a des conséquences négatives en termes économiques et sociaux, a déploré mercredi le chef de la mission d'administration intérimaire des Nations unies dans ce pays, Zahir Tanin. Le pays est toujours sans gouvernement deux mois après des élections législatives.

"Le processus électoral a pris beaucoup d'énergie dans les institutions au cours des trois derniers mois", a souligné le représentant de l'ONU lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée au Kosovo. "D'importantes opportunités économiques et sociales ont été manquées pendant cette période", a-t-il ajouté.

Il a cité des annulations ou des reports d'aide financière ou d'investissements. "Le climat d'incertitude politique au cours des trois derniers mois est lié sans conteste avec ces faits", selon lui.

Dimanche, cinq pays occidentaux avaient déjà fait part de leur "inquiétude" quant au blocage politique qui empêche le Kosovo de se doter d'un nouveau gouvernement.

"La situation politique actuelle au Kosovo nous inquiète", ont écrit les ambassades à Pristina de France, d'Allemagne, du Royaume-Uni, d'Italie et des Etats-Unis dans un communiqué commun. Il est "de la responsabilité des dirigeants du Kosovo" de doter le pays des Balkans d'une majorité parlementaire et d'un gouvernement, ont-ils souligné.

L'élection du Parlement est une étape clé pour la formation d'une majorité devant permettre au président Hashim Thaçi de désigner un candidat au poste de Premier ministre. Le Parlement kosovar a échoué le 10 août à élire son président.