Gazenergie

L'Etat islamique (EI) attaqué et chassé de toute part à Deir Ezzor

Zürich, 10.09.2017

 

Les djihadistes de l'Etat islamique (EI) ont été attaqués et chassés de toute part ce week-end à Deir Ezzor en Syrie, tant dans la province que la ville du même nom. Alors que l'armée syrienne a brisé le siège de l'aéroport militaire qu'imposait depuis trois ans l'EI, des forces rebelles soutenues par Washington ont lancé une nouvelle offensive dans cette région.

Cette alliance de combattants arabes et kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) - qui cherche aussi à déloger les djihadistes de Raqa, leur fief dans le nord de la Syrie -, n'était dimanche qu'à quelques kilomètres de la ville de Deir Ezzor, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Son objectif est de conquérir la rive est du fleuve Euphrate, qui coupe en diagonale la province de Deir Ezzor. Sa capitale du même nom, d'où les forces du régime syrien soutenues par Moscou tentent actuellement de déloger des djihadistes de l'EI, se situe sur la rive ouest.

Ces violents combats ont touché la population. Selon l'OSDH, 34 civils ont été tués dimanche dans des frappes de l'aviation russe visant des ferries reliant les deux rives de l'Euphrate dans la localité d'Al-Boulil, au sud-est de la ville de Deir Ezzor.

Sonner le glas de l'EI en Syrie

La possible perte de la ville de Raqa et de la province de Deir Ezzor devrait sonner le glas de la présence de l'EI en Syrie. Depuis 2014, l'organisation extrémiste contrôle une large partie de cette province riche en pétrole et frontalière de l'Irak et assiégeait deux enclaves gouvernementales dans la capitale provinciale, dont elle détient environ 60%.

Les forces du régime avaient mis fin mardi au siège d'un de ces secteurs, dans l'ouest de la ville, qui avait pu être ravitaillé deux jours plus tard. Elles ont ensuite progressé vers la périphérie sud de la ville pour faire la jonction avec les soldats qui défendaient l'aéroport militaire, également assiégé.

"Des unités de l'armée syrienne, en coopération avec les forces alliées, ont brisé le siège de l'aéroport militaire" et des quartiers attenants, avait annoncé samedi l'agence officielle Sana.

"En brisant le siège de l'aéroport militaire, les forces du régime ont pu lier (ce secteur) aux quartiers gouvernementaux dans l'ouest de Deir Ezzor", a indiqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Des célébrations ont éclaté dans les quartiers tenus par le gouvernement, selon Sana.

Axe Damas - Deir Ezzor sous contrôle

La télévision d'Etat a diffusé un communiqué du chef de l'aéroport militaire de Deir Ezzor, sans l'identifier: il affirme que ses forces ont résisté à de nombreuses attaques de la part de l'EI pendant plusieurs années. "Nous continuerons à nous battre jusqu'à reprendre toute la ville de Deir Ezzor", a dit ce militaire.

A Moscou, allié du régime de Damas dans le conflit syrien, le ministère russe de la Défense s'est félicité de la "défaite écrasante" de l'EI à Deir Ezzor, obtenue par les forces gouvernementales syriennes "après des frappes massives de l'aviation russe".

Selon le communiqué russe, ce succès "dépasse par son importance et son ampleur toutes les victoires des trois dernières années". Le mouvement chiite libanais Hezbollah, autre soutien militaire du régime syrien, a affirmé sur la chaîne libanaise Al-Mayadeen avoir pris part à cette bataille.

Le régime syrien a par ailleurs repris le contrôle total d'une autoroute de 450 km reliant Damas à Deir Ezzor, pour la première fois depuis quatre ans, a indiqué l'organe de communication du Hezbollah.

"L'armée syrienne et ses alliés contrôlent maintenant toute l'autoroute entre Deir Ezzor et Damas, qui passe par les villes d'Al-Soukhna et de Palmyre", selon cette source du mouvement chiite libanais.