Gazenergie

Les ventes de voitures baissent de 9,3% en juillet sur un an

Zürich, 04.08.2017

 

Les ventes de voitures neuves ont baissé de 9,3% en juillet sur un an, ont annoncé vendredi les professionnels du secteur. Ils s'inquiètent des conséquences négatives du Brexit sur le moral des ménages et des entreprises.

En juillet, 161'997 véhicules ont été vendus sur le marché britannique. Il s'agit du quatrième mois consécutif de recul, a relevé l'Association des constructeurs et des vendeurs d'automobiles (SMMT) dans un communiqué.

"La baisse du moral des consommateurs et des entreprises a un effet négatif sur la demande sur le marché automobile et le gouvernement doit agir rapidement pour fournir des plans concrets concernant le Brexit", a expliqué Mike Hawes, directeur général de la SMMT.

Les professionnels s'inquiètent depuis des mois des conséquences du Brexit sur leur industrie. L'association demande de mettre en place un accord intérimaire avec Bruxelles le temps de finaliser les négociations. La SMMT craint sinon que les échanges avec l'Union européenne (UE) ne relèvent des règles minimales de l'OMC, avec à la clé des droits de douane élevés.

Taxe sur les véhicules modifiées

Le marché automobile s'est affaibli en outre en raison d'un changement apporté à la taxe sur les véhicules depuis le 1er avril qui a entraîné une augmentation de la fiscalité. Compte tenu du bon début d'année, les ventes ne reculent que faiblement depuis le 1er janvier, de 2,2%.

Dans le détail, les chiffres de juillet ont été pénalisés par une chute de 20,1% des ventes de véhicules diesel, tandis que les voitures à essence ont vu un recul de 3% de leurs ventes.

Les ventes de voitures hybrides et électriques ont en revanche continué de bondir de 64,9%, pour une part de marché atteignant désormais 5,5% des ventes.

Les véhicules les plus achetés au Royaume-Uni le mois dernier ont été la Ford Focus devant la Golf de Volkswagen et la Nissan Qashqai.

Ces chiffres sont publiés alors que le gouvernement britannique a annoncé fin juillet sa volonté de mettre fin aux ventes de voitures diesel ou essence sur son marché d'ici 2040 dans le cadre de son nouveau plan de lutte contre la pollution de l'air.