Gazenergie

Les syndicats annoncent des protestations sur les chantiers

Zürich, 12.09.2018

 

Syndicats et entrepreneurs s'accusent mutuellement de bloquer les négociations sur la Convention nationale du secteur de la construction. Syna et Unia annoncent des journées de protestation sur les chantiers.

La revendication centrale des syndicats est la retraite à 60 ans dans le secteur principal de la construction. En juin, 18'000 ouvriers étaient descendus dans la rue à Zurich pour réclamer cette retraite, une hausse des salaires et une meilleure protection des travailleurs âgés. Des menaces de grève planaient alors déjà. Désormais, "la patience est à bout", écrivent mercredi Syna et Unia.

Ces derniers ainsi que leurs partenaires des Syndicats chrétiens du Valais (SCIV) et de l'Organizzazione cristiano sociale ticinese (OCST) se sont mis d'accord sur des protestations menées sur les chantiers en octobre. Cette approche unifiée est exceptionnelle, soulignent les syndicats.

"Huile sur le feu"

Selon eux, la Société suisse des entrepreneurs (SSE) a jeté de l'huile sur le feu en publiant, début septembre, son offre "généreuse". La proposition d'augmenter le salaire de 150 francs n'était qu'un "appât empoisonné", estiment les syndicats.

En réalité, la SSE a caché au public que cette offre ne s’applique que si les maçons accomplissent à l’avenir 300 heures supplémentaires gratuites et sont prêts à travailler régulièrement 12 heures pour leur entreprise. Les syndicats pour leur part revendiquent une limitation des journées de travail afin de protéger la santé des maçons.

Parler de 300 heures gratuites est une déclaration "tout à fait erronée et irresponsable", rétorque la SSE dans un communiqué. Pour engager de manière fixe le plus grand nombre d'ouvriers, il faut pouvoir travailler lorsqu'il y a vraiment du travail, expliquent les entrepreneurs.

Ceux-ci exigent une flexibilisation dans l'aménagement des heures de travail à l'année. Le personnel sur les chantiers ne devra pas travailler davantage que ce n'est le cas actuellement, argue la SSE. Selon elle, les solutions pour assainir la retraite anticipée sont à portée de main. Les syndicats bloquent toutefois les négociations en campant sur des points de vue idéologiques, accusent les entrepreneurs.