Gazenergie

Les patrons vaudois listent leur revendications

Zürich, 23.08.2017

 

Quatre faîtières vaudoises veulent maintenir la compétitivité de l'économie cantonale. Elles ont établi un catalogue d'une septantaine de propositions qui constituera le fil rouge de leurs engagements à venir.

C'est une première: la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie (CVCI), la Chambre immobilière vaudoise (CVI), la Fédération patronale vaudoise et Prométerre ont publié mercredi les revendications qu'elles défendront durant la législature 2017-2022.

Leurs requêtes sont résumées dans un document commun baptisé "Impulsions pour une économie vaudoise forte". Elles concernent huit secteurs: fiscalité, formation, santé, social, infrastructures, aménagement du territoire, énergie et environnement, agriculture.

Moins d'impôts

Premier point, important, les faîtières réclament la mise en oeuvre de la RIE cantonale telle que votée par le peuple (taux d'imposition abaissé à 13,79%, avec un volet social). Elles demandent aussi d'alléger l'imposition des personnes physiques et de supprimer l'impôt sur les successions en ligne directe.

Dans le domaine de la santé, elles proposent de faire du CHUV un établissement autonome de droit public, avec un conseil d'administration. Elles veulent la suppression du décret qui limite les équipements médicaux lourds dans le canton.

Réduire les aides sociales

Dans le social, il faut viser la réinsertion plutôt que l’assistanat toujours plus large. Les organisations réclament une meilleure vision d'ensemble et un guichet unique pour valider les aides. Il faut réduire les aides sociales pour diminuer leur attractivité.

En matière d'infrastructures, la préoccupation principale va au réseau routier, qu'il faut rénover, et aux parkings qui doivent permettre une bonne accessibilité aux centres urbains. Il s'agit aussi de simplifier les procédures lors de constructions.

Le document plaide en outre pour des normes incitatives en matière d'énergie et d'environnement. Le canton devrait revoir sa planification énergétique, notamment pour les éoliennes.

Au Grand Conseil

Reste à savoir si ce document débouchera sur des mesures concrètes. Ce printemps, les électeurs ont reconduit la majorité de gauche au Conseil d'Etat. Pour faire passer leurs idées, les faîtières tablent sur le Grand Conseil, qui est resté à droite grâce à l'alliance nouée entre le PLR, l'UDC et les Vert'libéraux.

Certaines de ces mesures ont laissé "pantois" les Verts vaudois, qui ont rapidement réagi. Ils craignent un "retour en arrière désastreux", ces propositions semblant "tout droit sorties des années 1980 et n'ayant plus lieu d'être au XXe siècle".

"En poursuivant le bétonnage des terres agricoles, en augmentant le trafic routier et en brisant un modèle d'aide sociale basé sur la solidarité et la réinsertion, on risque d'obtenir un effet contraire à celui escompté", écrivent-ils. Le danger: une "baisse drastique de notre bien le plus précieux: la qualité de vie".