Gazenergie

Les habitants de Mitholz fortement touchés par leur destin

Zürich, 25.06.2020

 

Une large majorité de la population de Mitholz (BE) estime que son avenir est fortement impacté. Pour mémoire, le village doit être évacué pour au moins dix ans afin de sécuriser des stocks de munitions ensevelis sous la montagne.

Les habitants et les autorités de cette région de l'Oberland bernois étaient invités à s'exprimer sur les répercussions du projet d’extraction des restes de munitions dans l’ancien dépôt. Le rapport est désormais disponible, a annoncé jeudi le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS).

Ainsi, 72% des réponses jugent les conséquences sur la qualité de vie comme moyennes à très fortes. Une très large part des participants estime que ses plans d’avenir en sont affectés.

Les critiques portent notamment sur la longue durée. A Mitholz, près de la moitié des réponses sont favorables à l’option de recouvrir l’installation dans le cas où l’évacuation complète devait s'avérer impossible.

Une bonne moitié des participants entend déménager si l’évacuation devait durer plus d’une année. Si elle s’étendait sur dix ans, ils sont plus de 80% à avoir l’intention de partir. Une majorité souhaite toutefois rester dans la région. Un soutien et un dédommagement financier complet sont attendus du DDPS en cas de déménagement.

Non au blocage des voies

La majeure partie des participants estime que l’installation d’ouvrages de protection des bâtiments contre de potentielles explosions ne peut être raisonnablement exigée. De même, le blocage de la route et du rail n’est pas considéré comme supportable.

Les autorités cantonales et locales, comme les milieux du tourisme, insistent particulièrement pour que les liaisons demeurent possibles sans interruption avec la même capacité qu’aujourd'hui.

L’installation d’ouvrages pour protéger la ligne ferroviaire rencontre une très forte approbation. En ce qui concerne les mesures de protection des routes, la préférence va nettement à l’option de creuser un tunnel ou de modifier le tracé pour soulager durablement Mitholz du trafic de transit.

Dans leurs prises de position, les autorités qui participent au groupe de travail de Mitholz expriment un accord de principe au projet d’évacuation et assurent vouloir poursuivre la collaboration. L’objectif d’évacuer les restes de munitions n’est pas remis en question.

Décision du Conseil fédéral

Les résultats de cette enquête seront intégrés au rapport sur le projet d’évaluation des variantes pour Mitholz, qui servira de base à la proposition au Conseil fédéral. L’analyse des risques, qui date de 2018, sera en outre actualisée d’ici cet automne avec les nouvelles connaissances acquises.

Il est prévu que le Conseil fédéral se fonde sur ce corpus pour se prononcer, probablement au dernier trimestre de 2020, sur la suite de la procédure visant à réduire les risques à l’ancien dépôt de munitions de Mitholz.

La consultation organisée par le DDPS a commencé par des séances d’information à Kandergrund et Kandersteg en février dernier. Une plateforme d’information a été mise en place à la salle de sport de Mitholz début mars pour la population du village. Particulièrement concernée, celle-ci s'est aussi vu offrir la possibilité d’entretiens individuels.

Explosion en 1947

Construit lors de la Seconde Guerre mondiale dans la montagne, le dépôt de munitions a explosé en 1947. Il en reste 3500 tonnes, soit plusieurs centaines de tonnes de substances explosives dans la caverne effondrée.

La sécurisation de ces stocks de munitions nécessite l'évacuation des 170 habitants de Mitholz pendant une période allant jusqu'à dix ans au moins, selon le projet présenté par la Confédération. Le coût de l'assainissement devrait dépasser le milliard de francs.