Gazenergie

Les forêts suisses ont besoin de la chasse

Zürich, 11.08.2017

 

La chasse contribue largement, à côté des mesures de gestion engagées par les autorités et les propriétaires, à la régénération des forêts. Elle permet en effet de juguler la prolifération des ongulés dont les dégâts sur les jeunes pousses sont tels dans certaines régions qu'ils conduisent à la disparition de certaines essences, avec les conséquences sur le rôle de protection que jouent les forêts, notamment contre les dangers naturels.

L'impact des ongulés sauvages tels que le chevreuil, le cerf et le chamois sur les forêts pose d'autant plus de problèmes dans le contexte du changement climatique, car des forêts à la diversité amoindrie peuvent plus difficilement y faire face, écrit vendredi la Société forestière suisse. "Nos forêts ont besoin de la chasse !", affirme donc la SFC dans un papier de position.

Les plans de chasse doivent faire en sorte que la population d'ongulés permette une régénération naturelle et diversifiée des forêts, sans coûteuses mesures de protection. Pour la SFC, qui compte quelque 800 membres, la sauvegarde de la forêt et de ses multiples prestations ne dépend pas que des chasseurs.

"les grands prédateurs peuvent également contribuer à réduire les effectifs élevés de la faune sauvage", écrit la Société forestière. Les autorités forestières et les propriétaires de forêts ont également la tâche d’assurer des conditions favorables à la régénération par une gestion durable des forêts, orientée vers une diversité élevée des essences, ajoute-t-elle, appelant à une collaboration de tous qui se concrétisera déjà le 24 août sous la forme d'un séminaire à Liestal lors des assises annuelles de la SFC.