Gazenergie

Les fonds pour les déchets et la désaffectation augmentent

Zürich, 14.09.2018

 

Les fonds de gestion des déchets radioactifs et de désaffectation des centrales nucléaires ont augmenté l'année dernière, passant de 7 milliards à 7,732 milliards de francs. Le Conseil fédéral a approuvé vendredi les rapports et les comptes annuels 2017.

Ils servent à financer la gestion des déchets et des éléments combustibles usés après la mise hors service des centrales, ainsi que la désaffectation des installations nucléaires et du dépôt intermédiaire de Würenlingen (AG).

Les coûts totaux pour la gestion des déchets devraient s'élever à 20,802 milliards de francs. Fin 2017, les exploitants avaient versé 5,764 milliards de francs. Ils s'acquitteront encore de 1,755 milliard d'ici la mise hors service des centrales.

Le fonds de gestion des déchets radioactifs doit couvrir les coûts restants. A la fin de l'année dernière, le capital cumulé du fonds totalisait 5,239 milliards. Le compte de résultats affichait un bénéfice de 451 millions de francs.

Quant à la désaffectation des cinq centrales nucléaires et du dépôt intermédiaire, elle était chiffrée à environ 3,779 milliards de francs, selon une étude de 2016. Les coûts seront couverts par le fonds idoine, dont le capital cumulé s'élevait à 2,493 milliards à la fin de l'année dernière. Le compte de résultats indique ainsi un gain de 243 millions de francs.

Actualisation des calculs

En avril, le gouvernement a revu à la hausse ces coûts. La douloureuse devrait se monter à 24,581 milliards.

Cette estimation sert à définir le montant des contributions annuelles des exploitants aux deux fonds pour la période de taxation allant de 2017 à 2021. En 2016, swissnuclear avait estimé les coûts totaux à 21,767 milliards de francs.

En décembre dernier, la commission pour le fonds de désaffectation et le fonds de gestion des déchets (STENFO) a contrôlé l'étude et proposé de remonter le total à 23,484 milliards de francs.

Les contributions des exploitants aux deux fonds sont calculées sur la base d'études de coûts actualisées tous les cinq ans. La STENFO a approuvé les contributions pour la période 2012-2016.