Gazenergie

Le domicile de la Vénézuélienne Luisa Ortega perquisitionné

Zürich, 17.08.2017

 

Des agents du service de renseignement vénézuélien ont perquisitionné mercredi le domicile de l'ex-procureure générale du pays, Luisa Ortega, une chaviste devenue dissidente, a-t-elle annoncé sur son compte Twitter. Peu avant, le gouvernement avait demandé l'arrestation de son mari, le député German Ferrer, accusé de corruption.

"En ce moment, le Sebin perquisitionne mon domicile dans le cadre de la vengeance du gouvernement (du président Nicolas Maduro) face à ma lutte contre le totalitarisme", a écrit Mme Ortega sur le réseau social. Dans son message, elle ne précise pas si elle et son mari se trouvaient dans la maison ou si son époux avait été interpellé.

Luisa Ortega a été démise de ses fonctions le 5 août par la nouvelle Assemblée constituante acquise au président Maduro.

Un peu plus tôt dans la journée, le nouveau procureur général, Tarek William Saab, avait demandé l'arrestation de German Ferrer, accusé de diriger un réseau d'extorsion de fonds auprès de dirigeants de l'industrie pétrolière soupçonnés de corruption. "Il doit être privé de sa liberté et placé en résidence surveillée à son domicile", avait déclaré le procureur.

Ce dernier compte demander à l'Assemblée constituante d'entamer le processus pour priver German Ferrer de son immunité parlementaire. Selon Diosdado Cabello, numéro 2 du pouvoir, le mari de Luisa Ortega demandait jusqu'à 600'000 dollars à certains dirigeants, moyennant l'abandon des poursuites à leur encontre. Les sommes extorquées auraient été placées sur un compte secret aux Bahamas.

M. Ferrer, député, ancien chaviste passé à l'opposition, siège à l'Assemblée nationale, seul organisme entre les mains de l'opposition, depuis la fin 2015. Mais cette dernière est désormais privée de tout pouvoir depuis l'avènement de la Constituante fin juillet.