Gazenergie

L'ambassadeur nord-coréen à l'ONU parle de "droit à l'autodéfense"

Zürich, 29.08.2017

 

L'ambassadeur de Corée du Nord à l'ONU a affirmé mardi que son pays avait "le droit à l'autodéfense" face aux "intentions hostiles" affichées par les Etats-Unis. Il s'exprimait quelques heures après le tir d'un missile balistique au-dessus du Japon.

"Les exercices militaires conjoints américano-sud-coréens actuellement en cours, en pleine tension et en dépit des fermes avertissements de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), ne sont rien d'autre qu'un acte fanatique qui ajoute de l'huile sur le feu", a déclaré à la Conférence sur le désarmement de l'ONU à Genève l'ambassadeur, Han Tae-Song.

"Mon pays a toutes les raisons de répondre avec des contre-mesures fermes en exerçant son droit à l'autodéfense", a-t-il ajouté.

Violations des obligations

Ce nouveau tir a été vivement dénoncé par la cheffe de la diplomatie de l'Union européenne, Federica Mogherini. Elle a exhorté Pyongyang à "s'abstenir de toute nouvelle action provocatrice qui pourrait encore accroître les tensions régionales et globales".

"Ces actions constituent des violations manifestes des obligations internationales de la République démocratique de Corée du Nord telles qu'établies dans plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU", a tancé Mme Mogherini dans un communiqué. Elle apportait également son "plein soutien au Japon et au peuple japonais face à cette menace directe".

Unie face au défi

L'UE "appuie pleinement les appels à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU" ce mardi, a précisé Mme Mogherini. "Il est essentiel que la communauté internationale soit unie pour répondre à ce défi", a-t-elle indiqué.

L'UE, qui a déjà adopté un large éventail de sanctions contre le régime nord-coréen, "considérera une nouvelle réponse appropriée" après ce tir de missile, a ajouté la Haute représentante de l'UE.