Gazenergie

La production industrielle faiblit en juillet

Zürich, 08.09.2017

 

La production industrielle britannique a ralenti sa progression en juillet, avec une hausse de 0,2% sur un mois. Celle-ci a principalement été portée par l'activité dans les usines, a annoncé vendredi l'Office des statistiques nationales (ONS).

Ce chiffre de la production industrielle est conforme aux attentes des économistes interrogés par Bloomberg. Il marque un affaiblissement après une hausse plus vigoureuse de 0,5% en juin et une stabilisation en mai.

Le secteur industriel britannique a été tiré vers le haut par la production manufacturière, qui reflète davantage l'activité dans les usines, avec une progression de 0,5%, nourrie par le rebond des équipements de transport après un mois de juin difficile, sur fond de lancement de nouveaux modèles de véhicules.

La production a par ailleurs augmenté de 0,7% dans une autre catégorie, celle de l'approvisionnement en énergie.

En revanche le secteur minier et de l'extraction a reculé de 1,2%, un mois après un bond de 4,1%. Ces activités ont souffert d'un recul dans le pétrole et le gaz en raison d'un effet de comparaison défavorable puisque le mois de juin avait été inhabituellement porteur.

Début de trimestre "correct"

La relative bonne tenue de la production industrielle témoigne d'un début de troisième trimestre "convenable" et qui "pourrait être assez correct", souligne Alan Clarke, économiste chez Scotia Bank. Il attribue le ralentissement de la progression en juillet à un mois de juin particulièrement fort grâce à la production de pétrole et de gaz.

Ces chiffres sont toutefois difficilement extrapolables, car souvent erratiques d'un mois sur l'autre, sans compter que l'industrie ne représente qu'une faible part de l'économie britannique dominée par le puissant secteur des services.

La croissance britannique a ralenti depuis le début de l'année, mais les économistes s'interrogent encore sur l'ampleur de ce coup de frein, lié à un pouvoir d'achat érodé par l'inflation et aux incertitudes des discussions sur le Brexit.

Les économistes indépendants sondés par le Trésor britannique estiment en moyenne que la croissance pourrait s'élever à 1,6% en 2017, ce qui ne marquerait qu'un léger fléchissement par rapport à 2016 (+1,8%).

Dans une étude publiée vendredi matin, la Chambre de commerce britannique a d'ailleurs relevé sa prévision pour 2017 à 1,6%, mais s'est montrée plus préoccupée par 2018 et 2019 à mesure que le Brexit prendra forme.