Gazenergie

La ministre qui ne perd presque jamais une votation

Zürich, 27.09.2018

 

Doris Leuthard peut partir sur un fier bilan concernant les 17 votations populaires qu'elle a affrontées jusqu'ici. L'Argovienne n'a été contredite que deux fois dans les urnes.

Le 11 mars 2012, le peuple a accepté l'initiative sur les résidences secondaires. Un peu plus d'un an plus tard, le 24 novembre 2013, Doris Leuthard a dû essuyer le refus à plus de 60% de la hausse du prix de la vignette autoroutière à 100 francs.

Lorsqu'elle était ministre de l'économie, d'août 2006 à octobre 2010, la démocrate-chrétienne n'a subi aucun échec. Ses deux premières campagnes, menées conjointement avec la ministre des affaires étrangères Micheline Calmy-Rey, portaient sur le versement d'un milliard de cohésion à l'UE (2006) puis l'extension de la libre-circulation à la Roumanie et la Bulgarie (2009).

Le peuple a suivi Doris Leuthard en refusant l'initiative pour une interdiction de l'exportation de matériel de guerre (2009), en acceptant l'assainissement de l'assurance chômage (2010) et en rejetant l'initiative pour des avocats pour animaux (2010).

A la tête du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication, l'Argovienne a engrangé dix succès sur douze scrutins. Le dernier en date a été facile: plus de 73,6% des votants ont accepté le 23 septembre de faire entrer l'encouragement des pistes cyclables dans la Constitution.

Comme le voulait la ministre de la communication, l'initiative anti- redevance radio/TV (No Billag) avait été refusée par plus de 71% des voix le 4 mars 2018. La conseillère fédérale n'avait en revanche remporté que de justesse la bataille sur la généralisation de la redevance radio-TV en 2014.

Fin de l'atome

Le sacre de la démocrate-chrétienne a eu lieu en mai 2017, lorsque le peuple a accepté la stratégie énergétique 2050, que la conseillère fédérale avait lancé pour asseoir la fin du recours à l'atome. Doris Leuthard avait, l'année précédente, convaincu les votants de rejeter les initiatives pour une sortie plus rapide du nucléaire et pour une économie verte.

La ministre a aussi remporté les votations sur le fonds routier FORTA (2017), le deuxième tunnel routier au Gothard, le fonds ferroviaire FIF (2014) et la révision de la loi sur l'aménagement du territoire (2013). L'initiative "en faveur du service public" a été repoussée en 2016.