Gazenergie

Glencore renoue avec les bénéfices au premier semestre

Zürich, 10.08.2017

 

Glencore a renoué avec les profits au premier semestre 2017. Le géant zougois des matières premières a enregistré un bénéfice net de 2,45 milliards de dollars, alors qu'il avait subi une perte de 369 millions un an plus tôt.

Le résultat opérationnel (EBIT) ajusté a été multiplié par quatre à 3,8 milliards de dollars. L'excédent brut d'exploitation (EBITDA) a gagné 68%, à 6,74 milliards. Quant au chiffre d'affaires, il a bondi de 44,5% à 100,3 milliards de dollars (96 milliards de francs), ressort-il de son rapport intermédiaire publié jeudi.

"Nos actifs ont enregistré des marges fortes grâce à une amélioration sensible du prix des matières premières et à une structure de coûts plus favorable", a commenté le directeur général Ivan Glasenberg, cité dans le communiqué.

Reprise des cours

Les efforts consentis depuis deux ans pour repositionner le bilan de l'entreprise et améliorer le portefeuille d'actifs industriels se reflètent dans la solide performance financière réalisée au premier semestre, relève-t-il.

"Après des années de conditions économiques difficiles pour les matières premières et de déclin des prix, la reprise observée fin 2016 s'est poursuivie durant la première moitié de 2017", a résumé le Sud-Africain d'origine.

Domaines d'avenir porteurs

Le résultat opérationnel de la branche dédiée au négoce des matières premières a progressé de 13%, à 1,4 milliard de dollars, notamment sous l'impulsion des métaux et minéraux. De leur côté, les activités dans la production, déficitaires au premier semestre 2016, ont enregistré un bénéfice d'exploitation de 2,4 milliards.

Le groupe est également parvenu à réduire sa dette. Celle-ci a été abaissée de 1,6 milliard, à 13,9 milliards de dollars. La firme avait été contrainte de lancer un vaste programme de désendettement à l'automne 2015. A l'époque, sa dette, qui inquiétait particulièrement les investisseurs, s'élevait à environ 30 milliards.

La direction du groupe zougois se dit optimiste de pouvoir profiter de la croissance dans le secteur des véhicules électriques et des systèmes de stockage d'énergie. Cette évolution devrait se traduire par une demande accrue de certaines matières premières telles que le cuivre, le cobalt, le zinc et le nickel.

Objectif relevé

Dans ce contexte plus favorable pour les matières premières, le groupe, coté à Londres, a relevé son objectif de résultat opérationnel de 100 millions. Il vise désormais une fourchette comprise entre 2,4 à 2,7 milliards de dollars cette année.

Le mastodonte minier et du négoce emploie 155'000 personnes dans le monde. Il opère sur environ 150 sites miniers et métallurgiques, des champs pétrolifères et des exploitations agricoles.