Gazenergie

Fitch abaisse la note du Qatar face à la crise diplomatique

Zürich, 28.08.2017

 

Fitch a abaissé lundi d'un cran son évaluation de la dette souveraine du Qatar. L'agence de notation a aussi menacé de la dégrader encore à moyen terme, jugeant que la situation économique de l'émirat est fragilisée par la crise politique avec ses voisins.

"Fitch considère que l'isolement diplomatique et logistique du Qatar de la part de ses voisins ne devrait pas être résolu avant un certain temps", a annoncé l'agence dans un communiqué. Cette dernière a également dégradé la note du pays à "AA-" contre "AA" précédemment.

Depuis près de trois mois, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn ferment les liaisons aériennes, terrestre et maritimes avec le Qatar. Ces régions l'accusent de se rapprocher de l'Iran, grand rival régional de Ryad.

"Dans les négociations, les positions du Qatar et des pays qui le boycottent restent très éloignées", a prévenu l'agence. "Cette impasse conduit Fitch à réévaluer les risques géopolitiques du Qatar."

A "AA-", la dette du pays reste très bien notée en "qualité très élevée", mais Fitch l'a placée sous perspective négative, ce qui signifie qu'elle envisage de l'abaisser encore à moyen terme. A un cran de moins, "A+", elle ne serait plus qu'en "qualité élevée".

Escalade tempérée

Parmi les principaux risques, Fitch, qui estime que l'embargo menace avant tout les secteurs du transport et du tourisme, craint que la situation empêche le Qatar de réduire ses déficits budgétaires. L'agence envisage aussi que les voisins du Qatar durcissent encore leurs mesures.

Néanmoins, l'agence souligne que la position économique du Qatar reste solide, notamment grâce à son statut dominant dans la production de gaz naturel liquéfié (GNL). Le pays en est le premier exportateur mondial.

Du point de vue diplomatique, le risque d'escalade "pourrait être tempéré par le réseau d'alliances du Qatar", ajoute Fitch. L'Iran et la Turquie ont ainsi pris des mesures de soutien.

Parmi les grandes agences de notation, SP Global Ratings a déjà abaissé la note du Qatar, depuis le début de la crise. Moody's ne l'a pas fait mais place son évaluation sous perspective négative.