Gazenergie

Des Kurdes réunis à Genève veulent un soutien suisse au référendum

Zürich, 10.09.2017

 

Les Kurdes irakiens de Suisse s'activent avant le référendum d'auto-détermination prévu dans leur région. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dimanche sur la Place des Nations à Genève pour demander le soutien de la Suisse au scrutin.

Les manifestants étaient 400 selon la police et au moins 500 selon les organisateurs. Des banderoles demandaient notamment à l'ONU de garantir "le droit à l'auto-détermination du peuple kurde irakien".

Le conseiller national Carlo Sommaruga (PS/GE) a estimé que le résultat au référendum du 25 septembre "ne fait aucun doute". Ce sera "un oui massif", a ajouté le président du groupe parlementaire d'amitié au peuple kurde. Il a exprimé l'appui de son parti.

"La Suisse doit soutenir ce référendum", a affirmé à l'ats l'un des porte-parole de l'Alliance kurdo-suisse de soutien à l'indépendance du Kurdistan, Baban Eliassi. Notamment parce que le Kurdistan irakien, autonome et qui a largement contribué à la lutte contre le groupe Etat islamique (EI), constitue un facteur de stabilité dans la région, dit-il.

Environ 10'000 Kurdes irakiens en Suisse

"Nous ne sommes pas encore écoutés à Berne. Mais après le référendum, si nous montrons notre volonté", la situation pourrait changer, estime un autre porte-parole Brwa Haji.

Le contexte politique semble favorable, selon M. Eliassi. Même la Turquie, qui doit faire face à des revendications des Kurdes turcs, acceptera le résultat parce que le Kurdistan irakien serait un obstacle "contre l'expansion du chiisme" iranien et irakien.

Les organisateurs disent encore que cette indépendance ne serait pas une étape avant un Etat qui rassemblerait les Kurdes de toute la zone. Ce scénario ne serait pas acceptable pour certains acteurs, reconnaissent-ils.

Le Kurdistan irakien a accueilli environ 1,8 million de réfugiés ou 20% de la population. "Nous avons perdu trop d'opportunités" dans le passé, des deux Guerres mondiales aux conflits dans le Golfe, affirme M. Haji. Si le scrutin n'est pas reconnu, les exportations de pétrole pourraient être diminuées.

Les Kurdes irakiens en Suisse pourront voter. M. Eliassi estime cette communauté à 10'000 personnes. Un bureau de vote pourrait être prévu auprès de la représentation de la région autonome à Berne et les électeurs pourront aussi participer par Internet.