Gazenergie

Panorama européen de l’hydrogène

Plusieurs pays européens, Norvège et Royaume-Uni en tête, ont déjà reconnu depuis longtemps l’importance de l’hydrogène pour l’approvisionnement énergétique du futur. D’autres pays ont récemment adhéré à cette vision. La Commission européenne a mis en chantier un vaste plan européen visant la neutralité climatique à l’horizon 2050: baptisé Green Deal, ce plan intègre aussi une stratégie hydrogène.

La stratégie hydrogène de l’UE vise à montrer les avantages de l’hydrogène pour une mise en oeuvre économiquement viable des objectifs climatiques. La Commission européenne entend intervenir sur de nombreux plans. Son dispositif comprend par exemple une «Clean Hydrogen Alliance», initiative qui a pour mission de développer massivement la production et l’utilisation d’hydrogène renouvelable à l’échelle européenne, non seulement dans les secteurs chaleur et mobilité, mais aussi dans le domaine des procédés industriels, par exemple la
production d’acier. Des programmes d’encouragement sont prévus dans les applications qui ne sont pas encore économiquement viables. Il s’agit également d’adapter le régime de marché pour supprimer tous les obstacles au négoce transfrontière de l’hydrogène renouvelable en tenant compte de ses propriétés écoclimatiques.

En Grande-Bretagne, on citera notamment le projet «H21», dont le but est de convertir la distribution de gaz naturel de Leeds, troisième plus grande ville du pays, intégralement à l’hydrogène. Le gouvernement britannique soutient par ailleurs de nombreux projets visant à développer la production d’hydrogène. Le programme d’encouragement le plus récent est doté d’une enveloppe avoisinant les 500 millions de francs.

Le gouvernement norvégien a lancé en 2005 déjà la première stratégie hydrogène à l’échelon national, appuyée par un comité consultatif qui a élaboré des plans d’action en 2006 et en 2012. Dans l’intervalle, la Norvège s’est dotée d’une nouvelle plateforme de recherche et de développement. Baptisée «Hydrogen 2020», elle est reliée à divers projets internationaux. La Norvège met l’accent sur le développement de l’hydrogène pour la mobilité, en particulier les transports maritimes et routiers.

Le gouvernement allemand a lancé en juin 2020 sa stratégie hydrogène nationale, considérant que l’hydrogène est appelé à jouer un rôle central dans la mise en oeuvre de la transition énergétique, et considérant aussi que les agents énergétiques gazeux seront encore nécessaires lorsque tous les potentiels d’électrification et d’efficience énergétique auront été épuisés dans les secteurs chaleur industrielle et bâtiment. Le plan d’action du gouvernement comporte 38 mesures et prévoit deux phases: une première, qui va jusqu’en 2023, année du lancement commercial, et une deuxième, qui consiste à renforcer le marché au niveau national et international.

En France, les principaux acteurs du secteur énergétique ont créé ensemble l’«Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible» (AFHYPAC), considérant que l’hydrogène peut remplacer jusqu’à 20% de la consommation d’énergie finale à l’horizon 2050 et contribuer ainsi à réduire les émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 55 millions de tonnes de CO2.

L’hydrogène a récemment marqué des points dans d’autres pays européens, en Autriche par exemple, où la plus grande installation pilote au monde de production d’hydrogène avec zéro émission de CO2 a été mise en service en novembre 2019 par le groupe technologique Voestalpine à Linz. Cette installation fait partie d’un projet de recherche visant la production d’hydrogène vert à l’échelle industrielle. Baptisé «H2FUTURE», ce projet est soutenu par l’UE, avec la participation de Voestalpine, de Siemens, du Stromunternehmen Verbund ainsi que d’autres partenaires.

Sources:

  • Commission européenne (2020): Roadmap European Hydrogen Strategy
  • Norwegian Hydrogen Forum (2020): Norwegian Hydrogen Guide
  • Gouvernement allemand (2020): Die Nationale Wasserstoffstrategie
  • AFHYPAC (2018): Developing Hydrogen for the French Economy