Gazenergie

Injecter plus d’hydrogène dans le réseau gazier actuel

Les organismes de normalisation européenne et la Société suisse de l’industrie du gaz et des eaux (SSIGE) soutiennent la mise en oeuvre d’une infrastructure gazière décarbonisée à tous les échelons (transport, distribution, installations et autres applications).

Dans un premier temps, la SSIGE prévoit d’adapter les directives G13 et G18 en intégrant les mélanges gazeux jusqu’à concurrence de 10%vol H2. Selon les études, une injection jusqu’à 10%vol H2 dans le réseau gazier est possible sans adaptations majeures ni coûts importants. La mobilité CNG fait exception, la teneur en hydrogène étant encore limitée à 2 % dans ce secteur. Mais des solutions techniques existent déjà pour protéger les stations de ravitaillement.

Dans un second temps, cette valeur limite sera portée à 20%vol H2. Diverses expériences en laboratoire ainsi que des analyses théoriques ont montré que de nombreuses installations et appareils à gaz peuvent fonctionner jusqu’à 20%vol H2 en toute fiabilité.

En Suisse, la SSIGE révisera la directive G18 «Qualité du gaz» pour y intégrer l’hydrogène H2 et les nouveaux acquis de la réglementation européenne sur l‘hydrogène.Les directives SSIGE continuent ainsi d’harmoniser les normes européennes (EN) et les normes suisses (SN) avec les spécificités suisses dans le but d’assurer la fiabilité d’exploitation des infrastructures gazières tant actuelles que futures.

Théses 2020 Théses 2020
Gaz renouvelables Gaz renouvelables
Installations de biogaz Installations de biogaz
CCF CCF
Couplage des secteurs Couplage des secteurs
Projets énergétique Projets énergétique